Diaspora: le difficile retour des Mauriciens au pays

Avec le soutien de
La Mauricienne Sweeta Kullean estime qu’il y a un décalage en termes d’études entre son pays natal et la France.

La Mauricienne Sweeta Kullean estime qu’il y a un décalage en termes d’études entre son pays natal et la France.

Le retour à Maurice n’a pas réussi à Sweeta Kullean. Titulaire de deux masters, elle n’a pas trouvé d’emploi qui lui convienne. Rentrée après avoir passé 11 ans et demi en France, elle y est retournée pratiquement un an après. À l’occasion de la Conférence internationale sur la diaspora qui s’ouvre le mercredi 2 décembre au Mahatma Gandhi Institute (MGI), gros plan sur les difficultés du retour au pays natal.
 
«D’abord, il y a un décalage en termes d’études.» Les siennes sont «plus généralistes» alors que les emplois disponibles recherchent des compétences «plus spécialisées et techniques». Sweeta Kullean, qui est rentrée au pays en juin 2014, trouve un emploi en octobre comme CSR Analyst. Elle prend le poste en janvier 2015 et l’abandonne en juin de la même année pour retourner en France.
 
Aujourd’hui, elle est accompagnée dans son projet de changement de filière, autre facilité qu’elle n’a pas trouvée chez nous. «Je reviendrai (…) mais Maurice n’est pas encore prête pour tous les types de compétences.»
 

«Ils ont envie de revenir. Mais ici c’est le flou.»

 
«Souvent, des Mauriciens à l’étranger nous posent des questions. Ils ont envie de revenir. Mais ici c’est le flou.» Propos de Daniel Saramandiff, président de Nou diaspora. Cette association, créée en septembre 2014, figure parmi les organisateurs de la Conférence internationale sur la diaspora mauricienne.
 
Notre interlocuteur, qui a passé 15 ans en Écosse avant de rentrer en 2000, explique que «la première génération de Mauriciens à être partie est maintenant des retraités. Aujourd’hui, nous parlons des deuxième et troisième générations. Ceux qui sont bien entourés ne pensent pas à rentrer mais ceux qui ont toute leur famille ici y pensent».
 
Pour l’heure, Nou diaspora a mené des actions dans le secteur touristique. Via son site Internet, il invite des Mauriciens d’ailleurs à convaincre au moins deux de leurs collègues à séjourner chez nous. «Nous avons eu des retombées intéressantes au niveau de la France et de l’Angleterre.»
 
L’association a aussi réuni les nouveaux ambassadeurs et hauts-commissaires mauriciens avant qu’ils ne rejoignent leur chancellerie. «Nous leur avons donné dix commandements pour qu’ils travaillent avec les Mauriciens là où ils sont.» Résultat: «Jean-Pierre Jhumun, ambassadeur au Mozambique, a réuni les Mauriciens qui ont des Petites et moyennes entreprises là- bas.» Sauf que les «demandes de renseignements auprès du Board of Investment (BoI) restent souvent sans réponse».
 
La semaine dernière, au Parlement, Vishnu Lutchmeenaraidoo a affirmé qu’un comité technique se penche sur l’application pratique du Mauritian Diaspora Scheme. «Les critères d’éligibilité à ce projet seront finalisés début décembre 2015 et le projet sera lancé en janvier 2016.».
 
Selon le ministre des Finances, le BoI a déjà reçu 16 demandes qui seront examinées une fois les critères connus. Des 16 demandes, 11 viennent d’Angleterre. Quatre sont titulaires d’un diplôme de Chartered Financial Analyst, quatre sont des Chartered Accountants et l’un a fait le droit.
Le Grand argentier a expliqué que sur un total de 100 points, 20 points seront alloués à ceux qui possèdent un doctorat. Quelqu’un qui a plus de 15 ans d’expérience obtient 40 points. Pour être éligible, il faut obtenir au moins 60 points. 
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires