Lottotech: des actionnaires déçus montrent du doigt le gouvernement

Avec le soutien de
Des joueurs du Loto. Les détenteurs des actions de Lottotech veulent récupérer au moins une partie de leur investissement.

Des joueurs du Loto. Les détenteurs des actions de Lottotech veulent récupérer au moins une partie de leur investissement.

«Plus jamais je ne miserai un sou à la Bourse.» Cette phrase revient sur les lèvres de beaucoup de Mauriciens qui avaient misé leurs économies sur Lottotech. «On peut comprendre la logique du ministère des Finances qui voulait couper les ailes de l’industrie du jeu, mais est-ce que les décideurs ont réfléchi aux conséquences de leur politique sur les petites gens?» se demande, résignée, Valérie, une employée du secteur privé. Elle fait partie des 8 000 nouveaux clients de la Bourse de Maurice qui se retrouvent avec des actions de Lottotech désormais cotées à Rs 3,30 (contre Rs 10 en mai 2014, à la fermeture de l’offre d’achat).
 
En effet, la Stock Exchange de Maurice a reçu un total de 12 385 souscripteurs pour 254 234 986 actions (85 000 000 mises en vente !) totalisant un montant record de Rs 2 538 290 917, faisant ainsi de Lottotech l’Initial Public Offering la plus populaire jamais réalisée à Maurice. Les souscriptions ont été trois fois supérieures aux prévisions, dépassant ainsi largement la demande attendue. 
 
Des 85 000 000 actions, 68 000 000 (à Rs 10) étaient réservées au grand public, et 17 000 000 (à Rs 9,50, escompte de 5%) étaient réservées pour les détaillants de Lottotech, les directeurs et employés du groupe de compagnies faisant partie de Gamma Civic et de la State Investment Corporation Ltd.
 

La pression s’accentue

 
Selon une source proche du dossier à la Bourse de Maurice, les propositions d’achat émanaient de divers investisseurs, particuliers et institutions, y compris un grand nombre d’investisseurs étrangers. «Pour les souscriptions à hauteur de Rs 50 000, les investisseurs ont reçu la totalité de leurs actions, soit 5 000 actions. Au-delà de Rs 50 000 les actions ont été allouées au pro rata : 5 000 actions et la différence à hauteur de 22,17%. Cette démarche visait à favoriser les petits actionnaires et participait ainsi à une certaine ‘démocratisation’ de l’actionnariat».
 
À l’image de ceux qui ont placé leur argent au sein des packages de la BAI (dont certains ont déjà été compensés), la pression s’accentue cette fois sur les élus alors que les fêtes de fin d’année se profilent. Les détenteurs des actions veulent récupérer au moins une partie de leur investissement. «Ce gouvernement nous a fait perdre de l’argent, et il a une responsabilité envers nous», s’emporte un enseignant de la capitale. Il ne compte pas baisser les bras.
 
Au ministère des Finances, on est catégorique: «Il fallait faire en sorte que la nation zougader ne se développe pas davantage. Et c’est normal que ceux qui ont misé sur les actions de Lottotech se sentent lésés aujourd’hui. Mais il nous fallait faire un choix.»
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires