Montebello: le sergent Gunowah meurt à deux jours de ses 43 ans

Avec le soutien de
Le sergent Roopsing Gunowah entouré de ses collègues et du Premier ministre sir Anerood Jugnauth.

Le sergent Roopsing Gunowah entouré de ses collègues et du Premier ministre sir Anerood Jugnauth.

La famille du sergent Roopsing Gunowah, mortellement percuté par un chauffard, pleure son départ. Le commissaire de police Mario Nobin, lui, envisage plus d’encadrement pour les motards. Un témoin de l’accident crie lui que «c’était un chauffeur fou»…
 
Il était de service lorsqu’il a trouvé la mort dans la matinée, mardi 24 novembre dans un hit and run à Montebello. Le sergent Roopsing Gunowah, un habitant de Vallée des prêtres qui comptait 20 ans de service au sein de la force policière laisse une famille attristée et dans le flou derrière lui. En effet, à ce stade de l’enquête, les circonstances exactes dans lesquelles le sergent qui allait fêter son 43e anniversaire jeudi a trouvé la mort demeurent inconnues.
 

«Il était toujours présent pour aider, même des inconnus»

 
«On est toujours dans le flou sur les circonstances. Mais on finira par connaître la vérité et le responsable de tout cela», explique la belle-sœur de la victime. Cette dernière fait le portrait de son beau-frère comme étant quelqu’un de serviable et toujours prêt à aider son prochain. «Il était toujours présent pour aider, même des inconnus. Il allait fêter son anniversaire dans deux jours mais le destin en a voulu autrement», poursuit-elle.
 
 
Contacté, le chef commissaire de police, Mario Nobin affirme que tous les moyens seront déployés pour que l’enquête soit bouclée et le responsable traduit en cour. «Toute la force policière est attristée par la mort du sergent Gunowah. Il a perdu la vie alors qu’il était en service». Et d’ajouter que «je vais m’arranger pour qu’on donne plus d’encadrements à ceux qui sont plus exposés, notamment aux motards postés à la Traffic Branch».
 
 
 

Le 4x4 qui a fauché le sergent Gunowah identifié

 
Au niveau de l’enquête, même si l’auteur du délit de fuite court toujours la police connaît désormais l’immatriculation du véhicule impliqué. Une Tata Safari de couleur noire immatriculée 2217 May 99. 
 
Si le conducteur du véhicule est toujours recherché, un témoin de la scène explique lui que «c’était un fou qui était au volant». «Le conducteur a doublé une série de véhicules, dont le mien. Je l’ai vu quand il était derrière ce motard. J’ai vu qu’il allait le percuter. Une fraction de seconde après le policier était projeté à terre», explique ce dernier.
 

«J’ai entendu un grand bruit»

 
Entre-temps, un autre conducteur, un habitant de Plaine-des-Papayes, âgé de 61 ans se retrouve, malgré lui impliqué, dans cet accident qui a coûté la vie au policier Roopsing Gunowah. Omduth Chummun se trouvait dans sa voiture lorsque le motard a été projeté sur l’arrière de son véhicule. «J’ai entendu un grand bruit», a-t-il expliqué aux enquêteurs.
 
Le sexagénaire a été placé en état d’arrestation et comparaîtra en cour de Port-Louis demain, mercredi 25 novembre. Une charge d’homicide involontaire a été retenue contre lui.
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires