Loi Bhadain: SAJ condamne les propos de l’opposition

Avec le soutien de
(Photo d’archives) La PNQ du mardi 17 novembre était axée sur le Good Governance and Integrity Reporting Bill.

(Photo d’archives) La PNQ du mardi 17 novembre était axée sur le Good Governance and Integrity Reporting Bill.

«Rubbish.» Ce mot a été entendu à plusieurs reprises au sein de l’hémicycle, le mardi 17 novembre, lors de la tranche réservée à la Private Notice Question. Celle-ci était axée sur l’amendement à la Constitution et au Good Governance and Integrity Reporting Bill.

Le Premier ministre n’a pas manqué de «condamner fermement les propos de l’opposition» sur ces sujets. Sir Anerood Jugnauth (SAJ) a dénoncé le fait qu’ils «play politics on such issue». C’est de la «démagogie» devait-il indiquer, ajoutant qu’il ne «comprend pas de quoi ils ont peur».

A une question du leader de l’opposition, qui voulait savoir si la Constitution allait être amendée pour introduire le concept de «confiscation without a definition», le Premier ministre a répondu par l’affirmative. «Cet amendement ne met pas en danger et ne diminue en rien la démocratie», a indiqué SAJ.

«Le MSM a un compte en banque, pas de coffre»

Et interrogé sur les amendements proposés au projet de loi contre l’enrichissement illicite, il a indiqué qu’il se penche sur les propositions faites. Les amendements seront rendus publics une fois les étapes nécessaires complétées, a-t-il précisé.

Qu’en est-il d’un New Declaration of Assets Bill ? Le gouvernement entend aller de l’avant avec ce projet de loi. Un comité ministériel a été mis en place le 16 octobre à cet effet et un rapport est attendu.

Le Premier ministre devait préciser que comme tout parti, le MSM a un compte en banque. «Le parti a un compte dans une banque, pas de coffre. Vous pouvez vérifier. Toutes les transactions ont été faites par chèque.»

Le député travailliste Shakeel Mohamed a, pour sa part, demandé que le Good Governance and Integrity Reporting Bill soit rétroactif jusqu’en 1968. Une déclaration suivie d’un brouhaha. «Je vois maintenant qui a peur», a-t-il lancé.

Le député mauve Reza Uteem a, lui, demandé que le terme «unexplained wealth» soit remplacé par «illicit enrichment».

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires