Le virage gastronomique de Jean-Marc et Sehnaz Cécilia au Canada

Avec le soutien de
Avec leur restaurant typiquement mauricien, Jean-Marc et Sehnaz Cécilia ont voulu proposer une cuisine différente aux Canadiens.

Avec leur restaurant typiquement mauricien, Jean-Marc et Sehnaz Cécilia ont voulu proposer une cuisine différente aux Canadiens.

C’est une aventure gastronomique mauricienne qui se déroule au Canada. «Il y a deux ans, je me suis dit que je serai mon propre patron. Et voilà, nous avons commencé avec notre restaurant mauricien», confie Jean-Marc Cécilia, 56 ans. Dans son établissement, situé à Longueuil au Canada, le Mauricien assure le service des délices concoctés par son épouse, Sehnaz, 46 ans. Au menu : du briani et des rougailles, entre autres. Le tout, servi dans une ambiance mauricienne sur un fond de séga.

Les murs de l’établissement sont tapissés de tableaux présentant des pêcheurs, des champs de cannes à sucre et autres paysages mauriciens. Il s’agit d’œuvres d’une amie québécoise du couple, mariée à un Mauricien. Les tables et autres mobiliers sont ornés de petits bateaux et de drapeaux mauriciens. Cette aventure gastronomique commence en 2014. À l’époque, Jean-Marc Cécilia, originaire de Belle-Rose, laisse derrière lui un parcours dans le secteur de l’immobilier.

Jean-Marc Cécilia découvre le Canada à l’âge de 5 ans. «Ernest, mon papa, travaillait dans la force policière. Il devait suivre une formation professionnelle au Canada. Marlène, ma maman ainsi que ma sœur, Catherine, mon frère, Thierry et moi l’avions accompagné», confie-t-il. La famille Cécilia arrive en 1965 et s’installe au Québec. Trois ans plus tard, elle rentre à Maurice puis immigre au Canada en 1979.

Conseiller en aménagement professionnel

La famille s’installe à Toronto. À l’arrivée, l’adaptation climatique cause problème : «Il faisait -30 degrés. C’était difficile». Jean-Marc Cécilia est alors âgé de 18 ans et entreprend des études en électronique. Il est ensuite employé par une entreprise de mobilier de bureau et devient représentant. Les Cécilia demeurent à Toronto jusqu’en 1990 puis déménagent pour le Québec. Au même moment, les développements s’enchaînent en sein de l’entreprise où Jean-Marc est employé. Un département de manufacture du mobilier pour les bureaux gouvernementaux voit le jour. Jean-Marc Cécilia s’y joint et se spécialise dans l’aménagement d’espace de bureau. Son rôle est de «conseiller les personnes sur l’agencement, la disposition et la décoration de l’espace professionnel». Le Mauricien travaille alors au Québec.

En 2011, l’idée de la restauration naît après une partie de golf avec un ami mauricien des Cécilia. «Après le golf, nous sommes venus manger à la maison. Sehnaz avait cuisiné du briani. À la fin du repas, notre ami nous a dit qu’il recevait des invités quelques jours plus tard. Il nous a demandé si nous étions disposés à préparer des plats mauriciens pour l’occasion. Nous avons accepté», relate Jean-Marc Cécilia. Ce premier contrat débouche alors sur de nouvelles commandes de la communauté mauricienne, spécialement en fin de semaine. Entre-temps, les Cécilia continuent leurs carrières respectives jusqu’au transfert de la compagnie de mobilier à Ottawa.

Jean-Marc Cécilia suit le mouvement. Nous sommes alors en 2013. Cette période marque aussi un heureux événement pour le Mauricien. Il épouse Sehnaz, une compatriote également immigrée au Canada, qu’il connaît depuis huit ans. Le couple part alors à Ottawa. Avec une équipe de sept personnes, Jean-Marc Cécilia se concentre sur l’aménagement des bureaux gouvernementaux, de l’architecture et du design. «L’une de mes plus gros projet comprenait l’aménagement complet d’un bâtiment de 15 étages pour 1 800 personnes», précise-t-il.

Acquérir un restaurant à Longueuil

Pendant ce temps, Sehnaz, originaire de Plaine-Verte et ancienne hôtesse de l’air d’Air Mauritius, évolue dans le domaine médical. Cela fait maintenant une douzaine d’années depuis qu’elle est installée au Canada. «Après une visite en 2001, j’ai vraiment aimé Montréal. Il y avait aussi plus de perspectives me permettant de rester avec mes enfants», affirme la mère de deux petits. Elle commence d’abord à travailler dans un centre d’appels puis dans une boutique de vêtements. Sehnaz est ensuite engagé comme secrétaire médicale à l’hôpital Général Juif. La mauricienne gravit progressivement les échelons. Elle est promue au département des assurances collectives, puis aux ressources humaines. En 2013, Sehnaz prend une année sabbatique et part à Ottawa avec son époux.

Peu après, la vie du couple prend un tournant. La possibilité d’acquérir un restaurant à Longueuil se présente. Jean-Marc et Sehnaz Cécilia s’associent à deux Mauriciens, dont l’un est le cousin de la jeune femme. «Le restaurant était un espace de casse-croûte. On a tout refait. On voulait créer un restaurant typiquement mauricien car au Canada, les gens sont las des autres genres gastronomiques. Il fallait leur proposer un autre type de cuisine», confie Jean-Marc Cécilia. Après deux mois de réaménagement et l’obtention des permis, la Rougail de l’île Maurice se met en route. Sharrick, le cousin de Sehnaz, qui est chef de profession, assure la cuisson. En février 2015, un des associés quitte le navire. Peu de temps après, Sharrick reçoit une offre professionnelle et part également.

Le couple s’attelle alors à la tâche à temps plein. Sehnaz supervise la préparation culinaire tandis que Jean-Marc se charge de l’administration, de l’approvisionnement et de la gestion du restaurant, avec une équipe composée de six effectifs. «Depuis mes 13 ans, j’ai appris à cuisiner avec Kareema Bibi, ma maman. C’était surtout pour échapper aux devoirs», lâche Sehnaz en souriant.

De ses escales dans la cuisine maternelle, Sehnaz s’est avérée une passionnée de la gastronomie mauricienne. Aujourd’hui, elle confectionne les gâteaux piments, les boulettes arouille, les samoussas, le halim et le briani entre autres spécialités, pour la clientèle du restaurant. Le week-end, des buffets et brunchs sont organisés. Parallèlement, les Cécilia poursuivent avec les commandes de plats mauriciens pour les mariages et les événements spécifiques. Ils ont notamment agi comme traiteurs pour la fête nationale mauricienne organisée par l’Association Québec Île Maurice (AQIM) cette année.

Outre la gestion de leur restaurant qui vient de recevoir une certification de Trip Advisor, Jean-Marc et Sehnaz Cécilia viennent de lancer un café mauricien à Montréal. Ce dernier, baptisé Virage Café, propose des thés mauriciens, du alouda ainsi que des sandwichs fourrés au vindaye, à la rougaille de bœuf, au catless de poulet, à l’achard etc. Des dholl puris, des napolitaines, des puits d’amour, des pâtés et autres pâtisseries locales sont aussi à la carte.

«Nous avons saisi cette opportunité avec l’aide d’un ami comptable d’origine mauricienne. Il possède son bureau sur place et voulait aussi créer un café. Mais cela aurait été difficile de gérer les deux. Nous nous sommes ainsi occupés de la partie café», soutiennent les Cecilia. Opérationnel depuis peu, le café mauricien fait déjà recette. Selon Jean-Marc Cécilia, les clients québécois répondent favorablement aux menus mauriciens, en particulier aux sandwichs fourrés aux catless et achards.

Parallèlement, le couple assure la distribution d’épices dont le massala. Et puisque l’on dit jamais deux sans trois, les Cécilia travaillent sur un nouveau projet gastronomique. La restauration se révèle une véritable passion qui est loin de s’essouffler.

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires