[Vidéo] A Bois Chéri: «Mo laflam encor la et li pa pou teigne», dit Ramgoolam

Avec le soutien de
Navin Ramgoolam a vivement critiqué le Premier ministre, le leader de l’opposition et Roshi Bhadain hier.

Navin Ramgoolam a vivement critiqué le Premier ministre, le leader de l’opposition et Roshi Bhadain hier.

La révélation a été faite par Navin Ramgoolam lui-même. L’ancien Premier ministre a ouvert ses deux coffres à la Mauritius Commercial Bank (MCB) hier. Et selon ses dires, ils ne contenaient que des bijoux de ses parents. «Quand ma mère est morte en 1984, nous avons ouvert un coffre. Lorsque mon père est décédé en 1986, nous en avons ouvert un deuxième.  Et nous n’y avons pas touché depuis. Je n’étais pas Premier ministre à l’époque», a indiqué le leader des rouges. C’était lors d’un congrès du parti à Bois-Chéri hier soir.

Il a d’ailleurs déploré la manière de faire des autorités. «Ils auraient pu me demander d’ouvrir ces coffres. Mais ils sont passés par la cour. Au lieu d’un huissier, c’est l’Asset Recovery qui m’a servi le document.»

Le leader des rouges n’a pas manqué de critiquer le ministre Roshi Bhadain lors de son discours. «Li kontrol MBC tou», a-t-il déclaré. D’ailleurs, Navin Ramgoolam a fait savoir qu’il comptait poursuivre la Mauritius Broadcasting Corporation.

Poursuivant sur sa lancée, Navin Ramgoolam a déploré le fait que Roshi Bhadain «inn al kritik DPP dans la Russie». «DPP so buro indépendent. Zot pé prend tou pouvoir DPP p donne agent politik. Si ou accepter sa sa veut dire zot kpav fer nimporte koi.» «Nous sommes des adversaires politiques, je le concède. Mais cela ne se fait pas d’aller dans un pays étranger pour critiquer son pays.Réputation maurice pé vinn zéro. Zot pé détruir réputation maurice.» «Ti viré mam, aster ploré mam.»

Navin Ramgoolam a également évoqué le traité de non double imposition. «Bhadain ti al dans linde pou negocier DTAA. 15 mille jeunes travay dans secteur offshore. A sak fois kan mo fin alé monn dir pas touche capital gains tax. Linn donn tou. Linn signe tou. Et vishnu vinn dire nou ene paradis fiscal», a-t-il lancé.

D’ailleurs, selon Navin le Good Governance and Integrity Reporting Bill proposé par le ministère de la Bonne gouvernance «pou servi kontr nou apré». Il n’a pas manqué d’égratigner sir Anerood Jugnauth au passage, n’hésitant pas à employer le terme «vengeance politique».

Navin Ramgoolam a aussi commenté l’affaire Bholah. «Lors des inondations Bholah s’est dévoué 24h/24. Maintenant on lui reproche d’avoir accordé des contrats sans passer par le procurement. Sauver des vies était alors plus important», estime l’ancien Premier ministre.

Le leader de l’opposition, Paul Bérenger, en a aussi pris pour son grade. «Si j’étais au Parlement mo ti pou demonte zot ene par ene par bane pnq pas couma p fer aster la», a-t-il lancé.

Poursuivant sur un tout autre registre, Navin Ramgoolam a confié qu’il avait envisagé, à un certain moment, de céder sa place. «Mo ti p discuter ek mo madam pou laisse la place a ene lot. Mais monn change decision kan zot inn commence arret moi. Zamais dans mo famille nounn prend commission ek dimoun.»

«Mo ena ene vision pou maurice. Mo la flamme encore la et li pa pou teigne», a-t-il ajouté.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires