Autonomisation :Valérie Simirone vole des ses propres ailes

Avec le soutien de

Avant 2013, la vie de cette quadragénaire native du Morne, venue s’installer à La Gaulette depuis  22 ans, tournait autour de son emploi comme bonne qu’elle exerce trois fois la semaine chez des étrangers, de ses deux enfants, de son compagnon jaloux comme un pou et de ses trois poules pondeuses qui lui donnaient hebdomadairement quelques œufs. 
 
Et bien que son homme, de 30 ans son aîné, se montrait verbalement agressif à son égard à chaque fois qu’elle était en compagnie d’amies, elle prenait son mal en patience. «Mo ti ena 19 ans ler mo finn konn li. Mo ti deza ena enn zenfan avan enn lot zom e mo ti bisin enn dimounn pou okip mwa ar mo zenfan. Li vre ki mo ti pe travay kouma bonn me kas la pa ti suffi pou mo eleve mo zenfan tousel», raconte-t-elle tranquillement, en précisant toutefois qu’elle est tombée amoureuse. «Nou ti kontan nou kamarad ek samem nounn res lontan ansam».
 
Ce qu’elle a du mal à accepter toutefois, ce sont les scènes qu’il lui fait lorsqu’elle est en compagnie d’amies. «Li dir bann gro mo, li denigre mwa. Se bann mo ki mo pa kontan.» Il en vient même aux mains à quelques reprises. Ce qui donne lieu à des dénonciations à la police. Si Valérie tient bon, c’est «akoz mo zenfan. Linn okip mo garson kouma dir so zenfan. Monn gagn enn tifi ar li. E pwi sak fwa li dir li pa pou fer ankor ek li sanze vremem. Apre enn bon lepok, ler ou fini bliye li, sa revini». 
 
Son salaire de bonne et celui de son compagnon sont absorbés par les courses de fin de mois. Si bien qu’au milieu du mois suivant, ils sont souvent embarrassés. C’est à travers la travailleuse sociale Marie-Anne Lagane qu’elle apprend que l’organisation non gouvernementale GL donne un cours d’entrepreneuriat aux femmes. On est pratiquement à la fin 2013. Elle se fait inscrire et assiste à une semaine de cours à la mairie de Vacoas-Phoenix. Là, elle apprend les rudiments de comptabilité, comment tenir un livre de comptes et comment faire un business plan. En parlant, elle évoque les trois poules pondeuses qu’elle nourrit. 
 
Au gré de la formation, elle réalise qu’elle peut en faire un petit élevage commercial. Elle n’y avait jamais pensé jusque-là. Le business plan qu’elle doit soumettre comme devoir porte justement sur cette petite entreprise et lui vaut de décrocher le prix de  Meilleure Entrepreneure et d’aller  assister au Sommet régional de GL en Afrique du Sud. 
 
Il ne lui en faut pas plus pour ouvrir ses horizons. À son retour, elle utilise sa cagnotte de cycle mis en place avec ses amies pour acheter une dizaine de poules pondeuses avec Eric Mungar, directeur du Mouvement pour l’autosuffisance alimentaire. Et c’est ainsi qu’elle démarre un petit élevage dans son arrière-cour. Avec la vente des deux plateaux d’œufs pondus par semaine, elle obtient Rs 380. Six mois plus tard, elle rachète d’autres poules pondeuses mais aussi des poules «lacour ki bio», des canards de Barbarie et Patouillard, et des coqs qu’elle nourrit et revend une fois qu’ils sont arrivés à maturité.
 
Aujourd’hui, Valérie a plus d’une cinquantaine de volailles dans son arrière-cour. Elle n’est jamais à court d’argent pour couvrir ses dépenses courantes. De partout, les gens viennent acheter ses volailles. «Ziska depi Rose-Hill dimounn sorti pou aste mo bann poul lakour. Zot la ser bon pou fer kari masala lor ros. Bann lezot dimounn ki fer system vinn aste kok. Bann dimounn ki ena moyen aste kanar pou fet. Bizin ena moyen mem parski Rs 500 enn kanar trwa livre.» 
 
Ses enfants sont ravis pour elle «parski zot trouve ki mo pe fer kitsoz ki resi» et son compagnon qui autrefois trouvait inutile pour elle d’élever trois volailles, est celui qui va acheter les pelures de légumes «ar marsan bazar pou nouri bann poul lakour». Avant ce cours de GL, confie Valérie, «mo pa ti pense ki mo ti kapav fer enn lot zafer ki bonn dan lakour. Sa kour-la inn fer mwa gagn konfians en mwa». Si bien qu’aujourd’hui elle est présidente d’une coopérative de femmes et trésorière du Centre de femmes de La Preneuse. «Avan mo pa ti pou ose.» 
 
Ce qu’elle souhaite désormais, c’est agrandir son poulailler pour pouvoir accommoder un plus grand nombre de volailles et aider les femmes en difficulté à lui emboîter le pas «pou zot kapav gagn zot osi enn ti kas pou swagn zot zenfan e fer zot al lekol…»
 
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires