Travaux parlementaires en direct : le rapport Bodha approuvé à l’unanimité

Avec le soutien de

Pour une fois, opposition et gouvernement font bloc. Ils étaient sur la même longueur d’onde lors des débats sur la retransmission en direct des travaux parlementaires, ce vendredi 23 octobre. Et c’est vers 20 h 30 que les députés ont approuvé à l’unanimité les recommandations du Select Committee institué pour étudier ce dossier. Comité présidé par le ministre Nando Bodha et dont le rapport a été soumis fin septembre.

Intervenant lors des débats, dans le courant de la matinée, le leader de l’opposition, Paul Bérenger a estimé ce rapport «complet» et a demandé qu’il soit appliqué au plus vite. Même s’il s’est interrogé sur la «collaborative approach» que prône le rapport avec laMauritius Broadcasting Corporation (MBC).

Le ministre des Technologies de la communication et de l’innovation (TCI) Roshi Bhadain a, lui, rejoint le député rouge Shakeel Mohamed sur la nécessité de diffuser en direct des travaux parlementaires. «La MBC a pour culture d’assurer qu’elle pourrait plaire au gouvernement, peu importe le régime qui était au pouvoir», a soutenu le député travailliste sous l’œil approbateur de Roshi Bhadain.

Plus tard, ce dernier a reconnu que «c’était dans l’ADN de la MBC de vouloir plaire à tout gouvernement mais que les choses doivent changer».  «Nous voulons d’un nouveau management pour la MBC. Une direction qui serait professionnelle et impartiale. Il ne faut pas non plus blâmer les employés de la MBC parce que c’est écrit dans la loi que la station doit se plier à ce que dit le ministre. On parle de manipulation mais en fait c’est bien dans la loi», rajoute le ministre des TCI.

Mais quelles sont donc les recommandations du Select Committee présidé par Nando Bodha ?  


Une unité de production au sein du Parlement

Loin de laisser cette tâche à la MBC, c’est une nouvelle unité au sein de l’Assemblée nationale qui devra s’occuper de ces retransmissions en direct. Pas question de montage, mais la couverture des travaux sera régie par des règles bien précises. Des règles que devra établir un Standing Broadcasting Committee.  

Revenant sur ces règles, Shakeel Mohamed s’est dit contre la recommandation que lors d’éventuels accrochages, la caméra soit braquée sur le Speaker de l’Assemblée nationale. Le député affirme ne pas comprendre pourquoi il faudrait ne pas montrer toutes les images. Selon lui, la population a le droit de savoir comment se comporte les parlementaires. «Il faut savoir que de la galerie, la presse rapporte tout ce qui se passe au Parlement et raconte les accrochages dans les détails. Je ne vois pas pourquoi il faudrait être aussi timide dans notre approche», soutient-il.

Le président du Select Committee, Nando Bodha, a alors assuré qu’il y aura une certaine souplesse dans la retransmission des accrochages lors de la couverture des travaux. «Il se pourrait qu’une certaine liberté soit accordée au directeur de la Broadcasting Unitquant au choix des images. Ensuite, il y aura, de toutes les façons les radios qui auront l’intégralité des sons diffusée en direct lors de la Private Notice Question,de la tranche des questions adressées au Premier ministre et des questions parlementaires.»

 

Tout député lésé devra avoir droit à la parole

Dans le cas où un député se sent lésé par rapport à des propos tenus durant la session parlementaire, il devrait avoir un droit de réponse. «Cela doit être fait au plus vite et les agences de retransmission sont tenus d’en faire état si elles ont déjà parlé de l’incident», indique le rapport. Des sanctions sont prévues en cas de violation, allant même jusqu’à la révocation de la licence du média en question.

Il est aussi question de la création d’un Sessional Select Committee, soit le Broadcasting Committee. Sa mission : contrôler la retransmission en direct et établir des règles et directives. Et c’est cette instance qui décidera également des éléments qui seront transmis aux médias.  

Commentant cet aspect, Paul Bérenger s’est interrogé sur celui qui siégera sur ce comité. Il a émis cinq propositions dans le cadre de la nomination du président de ce comité. D’abord, l’utilisation de la même formule que celle utilisée pour le Public Accounts Committee et le comité parlementaire de l’ICAC. Il a aussi proposé que ce soit le Speaker qui préside le comité ou bien le Deputy Speaker, ou encore que le président soit nommé par le Premier ministre en consultation avec l’opposition.

«Collaborative approach» avec la MBC

Selon le rapport de Nando Bodha, ce ne serait pas rentable que le Parlement opère une chaîne télévisée. C’est dans cette optique qu’une collaboration avec la MBC est souhaitée. Il devrait en être de même avec les radios privées pour la retransmission en direct de certaines tranches au Parlement telles que la Private Notice Question ou encore la Prime Minister’s Question Time. La diffusion devrait aussi se faire via le Net et Podcast.

«Il est temps de walk the talk», a, lui, martelé sir Anerood Jugnauth en présentant le rapport aux parlementaires. «Nous devons démarrer quelque part. Et c’est avec fierté et satisfaction qu’aujourd’hui, je me mets debout et présente cette motion historique. Il s’agit d’un pas concret vers notre vision d’ouvrir le Parlement au public et de lui donner libre accès à nos débats et autres activités affectant sa vie.» Les recommandations du Select Committee ayant été approuvées, les premières retransmissions devraient être possibles à compter d’avril de l’an prochain. 

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires