Seul sur Mars: Une ode à la science

Avec le soutien de

Lors d’une expédition sur Mars, l’astronaute Mark Watney (Matt Damon) est laissé pour mort par ses coéquipiers, une tempête les ayant obligés à décoller en urgence. Mais Mark a  survécu et il est désormais seul, sans moyen de repartir, sur une planète hostile. Il va devoir faire appel à son intelligence et à son ingéniosité pour tenter de survivre et trouver un moyen de contacter la Terre. À 225 millions de kilomètres, la NASA et des scientifiques du monde entier travaillent sans relâche pour le sauver, pendant que ses coéquipiers tentent d’organiser une mission pour le récupérer au péril de leur vie.

LA NOTE : 10/10

Ridley Scott est un des réalisateurs les plus connus, ayant signé des «classiques» tels que Gladiator, et Black Hawk Down (et aussi quelques ratés, tels que Robin Hood ou Exodus : Gods and Kings). Néanmoins, ce qui est étonnant chez lui, c’est qu’il est considéré comme un des dieux de la science-fiction, alors qu’il n’a tourné que quatre films dans ce genre. Cela dit, ses deux premiers essais dans le genre, soit Alien et Blade Runner, étaient de vrais bijoux (le troisième, Prometheus, était décidément décevant). Quid de son quatrième film de science-fiction, Seul sur Mars ? C’est, sans équivoque, une merveille, et sans doute son meilleur film depuis plus d’une décennie.

Seul sur Mars est la fidèle adaptation du roman The Martian d’Andy Weir. Et ce qui, d’emblée, marque la différence entre ce film et les précédents essais de Ridley Scott dans le genre, c’est l’absence totale d’ambiances poisseuses et de personnages sombres, qui fait place à beaucoup de suspense, de la tension, et surtout beaucoup, beaucoup d’humour.

En gros, Seul sur Mars est une version moderne, dans l’espace, de Seul au monde (avec Tom Hanks). Ainsi, le film explore le comportement humain et l’instinct de survie d’un homme livré à lui-même dans un environnement totalement hostile. Sauf que là, par chance, ce n’est pas Robinson Crusoé mais bien MacGyver qu’ils ont envoyé dans l’espace. Ainsi, dans cette ode à la science et aux scientifiques, le personnage principal est un dieu du système D qui ne cesse de mettre sur pied des stratagèmes scientifiques plus ou moins plausibles.

Et quand son cerveau ne suffit plus, tous les scientifiques de la Terre (enfin, surtout les Américains et le Chinois – qui représentent, comme par hasard, les plus gros marchés pour les distributeurs de films…) sont appelés à la rescousse pour trouver des solutions et secourir cet homme qui, finalement, n’est pas si seul. En outre, ce qui rend le film particulièrement accessible, c’est que les explications scientifiques sont aisément compréhensibles pour une audience grand public. Ainsi, contrairement à une grande partie de ses films, Ridley Scott fait ici la part belle à l’espoir et à l’optimisme, et dieu c’est rafraîchissant.

L’autre force du film, c’est son casting. Bien sûr, le réalisateur s’est entouré des meilleurs talents de cette génération d’acteurs (Jessica Chastain, Kristen Wiig, Michael Peña, Kate Mara, Sebastian Stan, Chiwetel Ejiofor), encadrés par de vieux loups (Jeff Daniels et Sean Bean), et ils sont tous grandioses, en particulier Jessica Chastain et Jeff Daniels. Mais la vraie perle du film, c’est sans conteste Matt Damon.

Cela fait des années que l’on ne doute plus de la capacité de Damon à porter un film. Il a  quand même été la tête d’affiche d’une bonne dizaine de longs-métrages, et il n’a jamais vraiment déçu.

Mais ici, seul face à lui-même, il livre une performance magistrale et ce n’est pas la diminuer que de dire que celle-ci n’est comparable qu’à celle de Tom Hanks dans Seul au monde. Sur la planète rouge, le personnage de Damon fait face à toutes les épreuves possibles et imaginables, allant d’une blessure à l’abdomen à l’épuisement de son stock de ketchup. Et l’idée (brillante) de le faire parler à la caméra comme à un journal de bord permet au spectateur de partager les joies et les peines de l’astronaute comme s’il y était. Son charme et son charisme ne font qu’accentuer et renforcer cette impression d’immersion et d’intimité avec le personnage.

En bref, le film est parfait. Un vrai beau divertissement grand public, une lettre d’amour aux scientifiques etune célébration de la volonté humaine. À voir et revoir.

Fiche technique

Genre : Science-fiction, aventure

Durée : 2 h 25

De : Ridley Scott

Avec : Matt Damon (photo), Jessica Chastain, Kristen Wiig, Jeff Daniels, Michael Peña, Kate Mara, Sean Bean, Sebastian Stan, Chiwetel Ejiofor Salles : Star Bagatelle,

La Croisette

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires