Salon de la maison et du jardin: objets insolites à gogo

Avec le soutien de

Plieurs de vêtements, boissons gazeuses sans sucre, canapés sur mesure, déguisements… Autant  d’objets présentés à la 24e édition du Salon de la maison et du jardin qui a ouvert ses portes hier, au Swami Vivekananda International Convention Centre, et qui prendra fin le 25 octobre. Outre les objets insolites, l’on retrouve les plus classiques comme des meubles et des luminaires.

UN BAR «TOTALLY BRITISH»

Originale cette cabine téléphonique complètement «british»… pour conserver ses boissons ou prendre l’apéritif. Ce bar est fait en teck.

BOISSONS GAZEUSES SANS SUCRE

Le produit est connu depuis longtemps. Mais il vient fraîchement de débarquer à Maurice. Cet appareil permet de fabriquer de l’eau pétillante ou des boissons gazeuses. Le sucre peut y être ajouté, selon la convenance de l’utilisateur.

CANAPÉS SUR MESURE

Le concept plaira assurément à ceux qui tablent sur l’originalité. Deux stands proposent de réaliser des canapés et des divans en tenant compte des désirs des clients. Que ce soit en termes de taille, de forme, de coloris ou de matière. La livraison se fait entre deux et six semaines.

LE «DETOXIFIER»

Il fonctionne à l’ozone. Il assainit les aliments en détruisant les microbes. Il débarrasse les légumes des pesticides et d’autres produits chimiques. Lui, c’est le «detoxifier».

CLIMATISEUR NATUREL

Son apparence est certes étrange. Il ressemble davantage à une soucoupe volante. Mais ce climatiseur dernier cri est révolutionnaire car il carbure à… l’énergie solaire. Il suffit de le placer sur le toit ou le mur d’une maison. Son extracteur aspire l’air chaud et crée un courant d’air froid dans la pièce. Son atout : nul besoin d’électricité.

1, 2, 3, PLIEZ…

Fini les longues heures de repassage grâce au «plieur de vêtements». Le concept est simple : il suffit de poser le vêtement, qu’il s’agisse d’une chemise, d’une robe ou d’un T-shirt, et en quatre mouvements, le tour est joué. Cela ne prend que six secondes. Cet allié ne sera disponible que le temps du Salon.


Didier de Senneville, directeur de Publipromo et organisateur du Salon de la maison:  «Nous nous attendons à 50 000 visiteurs environ»

Depuis sa création, le Salon de la maison a fait du chemin pour devenir un des événements les plus attendus. Quel est votre bilan jusqu’ici ?

Je suis très optimiste et heureux. Cette année, cela a pris encore plus d’ampleur. Pour cette édition, nous occupons l’ensemble de l’atrium, le hall d’entrée et même le jardin du Swami Vivekananda International Convention Centre.

130 exposants sont de la partie et tous se font un point d’honneur d’offrir la qualité. On peut aussi constater une diversification des produits et services proposés.

Le succès du Salon est dû au fait qu’il remplit un rôle important sur le marché car il permet aux Mauriciens de se faire une idée de tous les produits et services qui existent pour tout ce qui touche à la maison. Les gens viennent pour découvrir, comparer et, éventuellement, faire de bonnes affaires. Si le public a toujours répondu présent, c’est qu’il doit y trouver son compte. Quant aux exposants, nous pouvons nous vanter d’avoir des entreprises variées qui offrent des produits novateurs.

Quid des fabricants locaux ?

Le seul critère d’éligibilité est de proposer des produits et services pour la maison et le jardin, donc nous avons des produits de partout. Mais il est évident que notre préférence va vers des exposants qui proposent des produits fabriqués localement. D’ailleurs, nous sommes partenaire de Made in Moris. Et cette année, nous avons une majorité d’espaces qui proposent des produits locaux.

Au fil des éditions, avez-vous constaté une évolution des tendances en ce qui concerne les produits proposés et demandés ?

Déjà, il faut noter qu’au niveau de l’exposition et de la mise en valeur des produits et services, il y a eu une nette évolution de la part des exposants. Les stands sont mieux éclairés et présentés, l’espace est mieux aménagé et plus aéré. L’approche marketing est différente car nous sommes dans une période où le service à la clientèle compte pour beaucoup. C’est un bon signe car cela signifie que la concurrence existe et que chacun essaie de faire de son mieux. Au niveau des produits, les exposants proposent une large palette, allant du matériel de construction au soft furnishing comme rideaux et coussins.

Il faut noter que les produits pour améliorer la qualité de la vie sont de plus en plus présents. Ces produits sophistiqués viennent répondre à une nouvelle demande. Les Mauriciens ont pratiquement tous un toit, donc aujourd’hui, le public vient chercher des choses pour améliorer le confort et le bien-être.

La conjoncture économique n’aura-t-elle pas un impact sur le salon et sur les dépenses de fin d’année en général ?

Déjà à l’ouverture, le salon bat son plein. C’est bon signe. Rien ne laisse présager que l’affluence sera moins forte que lors des précédentes éditions. Je fais confiance au bouche-à-oreille.

En ce qui concerne la conjoncture économique, on ne peut nier qu’il y a eu des bouleversements à Maurice et il y a eu un ralentissement des activités et de la consommation. Mais j’espère que tout cela est derrière nous. L’optimisme est de retour et les Mauriciens recommencent à avoir  confiance. Disons que je suis «cautiously optimist».

Je m’attends à avoir 40 000 à 50 000 visiteurs, comme chaque année. Au niveau de la capacité d’accueil, nous ne pouvons pas faire mieux de toute façon.

Propos recueillis par Yasin DENMAMODE

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires