Prêt de Rs 40 M à l’ex-PM: Yatemani Gujadhur interrogé under warning

Avec le soutien de
L’ancien vice-président du conseil des directeurs de la Bramer Bank hier, mardi 20 octobre au CCID.

L’ancien vice-président du conseil des directeurs de la Bramer Bank hier, mardi 20 octobre au CCID.

Ils veulent des réponses. Hier, mardi 20 octobre les enquêteurs du Central Criminal Investigation Department (CCID) ont longuement questionné Yatemani Gujadhur, 73 ans, under warning. Il s’agit de l’ancien vice-président du conseil des directeurs de la Bramer Banking Corporation Ltd, qui est aussi un ancien membre des boards des autres compagnies de la British American Investment.

Il devait s’expliquer sur le prêt de Rs 40 millions accordé à l’ancien Premier ministre alors qu’il ne répondait pas aux critères. Navin Ramgoolam a utilisé ces fonds pour faire l’acquisition de son bungalow à Roches-Noires.

Sous la supervision de l’assistant commissaire de police Heman Jangi, Yatemani Gujadhur a été interrogé sur les membres qui siégeaient sur le conseil des directeurs à l’époque. En présence de son homme de loi, Me Mooloo Gujadhur, il a également dû détailler les procédures pour l’obtention d’un prêt.

Yatemani Gujadhur a quitté les locaux du CCID à 16 h 20, soit après presque cinq heures d’interrogatoire. Il est prévu que d’autres directeurs qui avaient siégé sur ce conseil soient convoqués au CCID.

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x