Incendie dans un kovil: l’hypothèse d’un acte criminel pas écartée

Avec le soutien de
Le Senneville Mariammen Kovil, sis à la rue Maisonnette, Rivière-des-Anguilles, a été la proie des flammes. Les appareils de sonorisation ont été détruits. © DEV RAMKHELAWON

Le Senneville Mariammen Kovil, sis à la rue Maisonnette, Rivière-des-Anguilles, a été la proie des flammes. Les appareils de sonorisation ont été détruits. © DEV RAMKHELAWON

Disparition d’une bouteille d’huile, une fenêtre mal fermée… Des indices qui font penser que l’incendie qui s’est déclaré au Senneville Mariammen Kovil, à la rue Maisonnette, Rivière-des-Anguilles, dans la nuit de samedi à dimanche, ne serait pas accidentel. C’est, en tout cas, une hypothèse que la police n’écarte pas à ce stade de l’enquête.

Une fenêtre mal fermée

C’est en allant ouvrir le temple à 7 h 30 hier, dimanche 18 octobre, que Jessigen Kuppan a remarqué qu’une fumée noire s’y échappait. Alertés, les dirigeants de la société Rivière-des-Anguilles Tamize Kazagham qui gère ce temple, ont constaté qu’une des deux fenêtres coulissantes en aluminium était mal fermée. La police a aussitôt été mandée sur les lieux. Bilan : des chaises, des matelas, des ventilateurs, la sonorisation et le système électrique sont partis en fumée…
 

© DEV RAMKHELAWON
 
Des fidèles n’ont, eux, pas tardé à faire le déplacement. Certains font le rapprochement entre cet incendie et un incident qui s’est produit la semaine dernière. En effet, un système de sonorisation a été installé dans un temple voisin et cela aurait empêché les fidèles du Senneville Mariammen Kovil d’entendre les prières qui y étaient dites. Selon Nadden Veerasamy, secrétaire de la société Rivière-des- Anguilles Tamize Kazagham, il a fallu installer la sonorisation dans ce temple-ci pour résoudre le problème. «Mais cela ne veut rien dire. Attendons l’aboutissement de l’enquête», fait-il comprendre.
 
À l’intérieur, les éléments du Forensic Science Laboratory ont trouvé de l’huile là où le feu s’est déclaré. Nadden Veerasamy explique que le temple dispose d’une seule bouteille d’huile et que celle-ci est utilisée pour allumer les lampes. «On l’a cherchée, elle n’y était pas.»
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires