Les leaders de l’alliance Lepep face à la presse jeudi

Avec le soutien de
(Photo d’archives) Les quatre dirigeants de l’alliance Lepep seront face à la presse demain, jeudi 15 octobre.

(Photo d’archives) Les quatre dirigeants de l’alliance Lepep seront face à la presse demain, jeudi 15 octobre.

Ils n’ont pas tardé à réagir. Sir Anerood Jugnauth, Xavier-Luc Duval, Ivan Collendavelloo et Pravind Jugnauth réuniront la presse demain, jeudi 15 octobre. Dans les couloirs de l’hôtel du gouvernement, il se chuchote que les dirigeants de l’alliance Lepep passeront en revue les récents incidents survenus à l’Assemblée nationale. Le Premier ministre serait, lui, principalement attendu au tournant pour  des réponses sur le dossier Gayan.

Pour la deuxième semaine consécutive, la gestion de la Mauritius Broadcasting Corporation (MBC) a mis le feu à l’hémicycle. Menaces, insultes et gestes déplacés ont fusé de toutes parts hier à l’Assemblée nationale. Alors que, le leader de l’opposition Paul Bérenger et le député mauve Rajesh Bhagwan ont été expulsés de l’hémicycle.

Tout a commencé quand Maya Hanoomanjee a demandé à Rajesh Bhagwan de retirer ses propos sur la MBC, notamment le terme «manipulated» tenus lors de la dernière séance parlementaire. Paul Bérenger a alors fait un «point of order», insistant, lui, sur le terme «Bhadain Broadcasting Corporation». A Rajesh Bhagwan de demander comment il peut «retirer quelque chose qui est vrai».

En ce qui concerne l’affaire Anil Gayan, (par rapport à ses propos à l’encontre des usagers de la drogue et sa déclaration sur le traitement à la méthadone), déjà il ne faudrait pas s’attendre à une grosse annonce à son sujet. Selon les recoupements d’information, le Premier ministre devrait réitérer son soutien au ministre de la Santé demain. Interrogé à ce sujet à Rodrigues lors de sa visite en marge des célébrations de l’anniversaire de l’autonomie, SAJ avait soutenu «que ce n’était pas le lieu pour parler de cette affaire».

Mais déjà, l’opposition et l’Equal Opportunities Commission (EOC), pour leur part, ne comptent «pas lâcher prise» le ministre de la Santé. «Nous attendons la réaction de SAJ, ensuite nous agirons. La balle est dans le camp du Premier ministre», avait indiqué Rajesh Bhagwan. «Nous continuerons à réclamer sa démission», insiste, pour sa part, le secrétaire général Ajay Gunness.

Du côté des Organisations non gouvernementales, la pression est maintenue. Prévention Information Lutte contre le Sida (PILS) réclame la démission d’Anil Gayan. Selon l’ONG, il est  inacceptable qu’Anil Gayan ait pris une décision liée à la santé publique sur une base «purement politique».

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires