Philippe Cassis: «Air Mauritius a freiné la croissance touristique»

Avec le soutien de

Philippe Cassis a été nommé Chief Executive Officer de Sun Limited en janvier 2014. Son mandat : aider le groupe hôtelier à renouer avec la profitabilité. Vingt-et-un mois plus tard, il tire sa révérence avec le sentiment du devoir accompli. Dans un entretien accordé à Business Magazine, il balise les contours de la stratégie de développement de la chaîne hôtelière et commente la situation dans l’industrie touristique.
 
Au vu de la demande au niveau de la destination, qui a été assez stagnante ces cinq à six dernières années, il fallait, dit Philippe Cassis, trouver d’autres moyens pour remettre le bateau à flots. Car le groupe ne pouvait pas compter uniquement sur la croissance des arrivées touristiques. «Nous possédons des atouts majeurs dans nos hôtels.» Dix-huit mois après l’enclenchement de la stratégie de redressement, les résultats sont positifs.
 
Revenant sur la situation touristique dans l’île, Philippe Cassis fait remarquer que les vacanciers venant à Maurice sont dictés dans leur choix par les hôtels et les prix de la destination. La destination n’attire pas les touristes par ses particularités, mais par ses hôtels. Il est impératif que la destination soit choisie d’abord pour ses valeurs, tandis que le choix de l’hôtel ne doit qu’être secondaire. Le problème de la destination mauricienne est qu’en sus des hôtels, l’île n’a pas d’autre atout. «Il est impératif de mettre en valeur la culture mauricienne, la richesse religieuse et sociale de la destination. Il faut donner envie aux gens de connaître le pays», avertit-il.
 
Aujourd’hui, la destination fait uniquement 60 % d’occupation et Air Mauritius, insiste-t-il, a été un élément perturbateur du développement de la croissance touristique. «Elle a été un frein ; la destination a besoin de plus de sièges d’avion, de plus de capacité aérienne à des prix compétitifs. D’autres destinations l’ont compris et nous ont dépassés avec leurs 55 000 - 56 000 visiteurs. C’est le cas des Maldives et des Seychelles.» La vocation d’Air Mauritius, poursuit-il, devrait être celle d’une compagnie aérienne la plus efficace possible au niveau régional. Air Mauritius pourrait connecter Maurice à La Réunion, aux Seychelles, aux Maldives ou à la côte est-africaine.
 
A lire dans l’édition de Business Magazine du mercredi 30 septembre
 
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires