Accident à Forbach: deux témoins identifient la Kia noire de Richard Duval

Avec le soutien de
Arvind et Manisha Shamloll se rendaient au travail à moto quand ils ont été tués, samedi 19 septembre.

Arvind et Manisha Shamloll se rendaient au travail à moto quand ils ont perdu la vie dans un accident, samedi 19 septembre.

Deux témoins oculaires à bicyclette ont été entendus dans la soirée du dimanche 20 septembre par la Cybercrime Unit. Ils ont identifié la Kia noire de l’ancien député Richard Duval, retrouvée au milieu du champ de canne et qui est au nom d’une société privée.

De leur côté, les enquêteurs du Central CID sont «presque sûrs» que la voiture est impliquée dans le tragique accident survenu peu après 7 heures, samedi matin, à quelque 500 mètres du rond-point de Forbach. L’accident a coûté la vie à Arvind et Manisha Shamloll, des habitants de Laventure qui se rendaient sur leur lieu de travail à Grand-Baie.

Richard Duval attendu au CCID

Le CCID n’écarte pas la possibilité de faire appel à un juge en chambre. Cela en vue de passer au crible les communications de Richard Duval pour déterminer s’il était dans les parages de l’accident ou s’il a passé des appels peu après.

Si, en début de soirée, dimanche, Richard Duval était activement recherché par la police, son avocat, Me Assad Peeroo, rejette catégoriquement la possibilité qu’il soit mêlé de près ou de loin à cette affaire. Pour l’heure, aucune arrestation n’est prévue concernant Richard Duval car il n’y a rien qui le lie à l’accident jusqu’ici.

Contacté par l’express, son avocat confirme que son client se présentera lundi 21 septembre au CCID accompagné de ses hommes de loi, dont Me Nicolas Henry. «C’est choquant. Richard Duval et son chauffeur ont été interrogés pendant une journée sur l’accident. Il n’y a rien qui peut les lier à l’accident. Il y a eu une enquête hier (NdlR. samedi), on n’a rien trouvé. Toutes les voitures ont des éraflures. Je ne comprends pas comment on peut injustement arrêter des gens. Pourquoi avoir arrêté le chauffeur et sous quelle charge?» se demande Me Assad Peeroo.

Dans le sillage de cette enquête, le CCID a procédé à l’arrestation de Mamood Khan Jamalkhan, chauffeur de Richard Duval. L’habitant de Port-Louis, âgé de 54 ans, a été longuement interrogé hier en présence de son homme de loi, Me Jamsheed Peeroo, avant d’être détenu à Curepipe. Il sera traduit en cour de Mapou aujourd’hui, sous une charge provisoire d’homicide involontaire.

Il a expliqué, dans une déposition, son emploi du temps de vendredi à samedi, notamment sa présence à une fête au campement de sir Gaëtan Duval à Grand-Gaube, où habite le Premier ministre par intérim Xavier-Luc Duval à partir d’aujourd’hui.

Richard Duval avait indiqué que son chauffeur l’avait abandonné sur place dans la nuit de vendredi à samedi après une envie pressante. «Il avait posé la clé sur le toit du véhicule et quand on allait repartir, on ne savait plus où se trouvait la clé. On est parti dans un second véhicule qui était avec nous», avait-il expliqué à sa sortie du poste de police de Piton, samedi.

Implication d’un deuxième chauffeur

Du côté des enquêteurs, on veut établir qui était réellement au volant de la voiture. D’ailleurs, à la mi-journée, les ACP Heman Jangi et Domah étaient sur les lieux de l’accident et dans le champ de canne où la Kia a été retrouvée, à proximité du lieu de l’accident. Rencontré sur place, l’ACP Jangi a confié à l’express que le CCID était également sur la piste d’un second chauffeur, qui serait impliqué dans l’accident.

D’après un des scénarios les plus plausibles avancés par les enquêteurs, il est fort probable, en se basant sur la taille de la Kia, que la voiture a dû frôler la moto des Shamloll sur son passage, d’autant plus qu’elle porte une éraflure sur le pare-chocs avant. Ce sont désormais les résultats des prélèvements sur la moto et les vêtements des victimes qui détermineront la tournure de l’enquête. Le rapport du Forensic Science Laboratory (FSL) est attendu bientôt.

Par ailleurs, outre la Kia noire, une seconde voiture, de couleur bleu marine, qui ne s’est pas arrêtée après l’accident, serait aussi impliquée dans l’accident selon ces deux témoins oculaires. Les passagers de la motocyclette auraient été «projetés dans les airs» au moment de l’impact et la femme a été heurtée «en vol» par la seconde voiture qui ne s’est pas arrêtée, selon ces témoins.

Le chauffeur d’une camionnette a également signalé à la police que ces deux voitures l’avaient doublé peu de temps avant l’accident.

Journalistes : Joëlle Elix et Vel Moonien

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires