Jean-Pierre Sauzier, Managing Director de Super Screens Mauritius : Pour une pub sur mesure

Avec le soutien de

Pour ceux de sa génération, Jean-Pierre Sauzier reste le champion de Maurice des 110 et 400 mètres haies des années 80. Dans le monde des affaires, il s’est taillé une redoutable réputation en marketing et ventes. Aujourd’hui, avec sa compagnie Super Screens Mauritius et son application informatique City Screen, il permet aux Mauriciens d’être les acteurs de leur communication.
 
Si ce Curepipien de 52 ans, qui s’est spécialisé en marketing et ventes en Afrique du Sud et à Maurice, a fait ses débuts dans le textile comme responsable de la logistique à Texamon, il apporte des résultats notables lorsqu’il prend la direction d’International Press and Book Distributors (IPBD). À la presse étrangère et aux livres, il ajoute d’autres gammes de produits. Sous sa férule et en 11 ans, le chiffre d’affaires d’IPBD passe d’une trentaine de millions de roupies à une centaine de millions de roupies.
 
Lorsqu’il décide de changer d’air, il met sur pied une petite société actuellement en expansion, Top Press, qui achète des magazines étrangers invendus et les revend à prix très abordables aux supermarchés et librairies. Après une incursion à Savi Shop et Beau Bébé Ltée, il accepte une offre de Sales Manager chez Phoenix Beverages.
 
Loin de le décourager, l’arrivée d’un concurrent lui permet de peaufiner les techniques de vente et de se montrer plus inventif au niveau publicitaire. «La marque Phoenix est bien ancrée dans les habitudes mauriciennes. Mais nous avons tout de même multiplié les actions sur le terrain, avons soigné notre service pour qu’il soit irréprochable et avons fait des offres commerciales pour fidéliser notre clientèle. Toutes ces opérations se sont avérées payantes.»
 
Jean-Pierre Sauzier se laisse débaucher par Continental Outdoor Medias qui fait de la publicité sur un réseau de panneaux d’affichage jusqu’au moment où il estime qu’il est temps pour lui de créer sa propre compagnie. Avec comme partenaire Gaz Carbonique, il monte une société baptisée Super Screens Mauritius et se lance dans un service de régie publicitaire particulière appelé City Screens.

CAMPAGNE EXCLUSIVE

Il s’agit d’un réseau d’écrans de 40 pouces placés à travers 70 bureaux de poste qui permet à tout particulier, à partir de son ordinateur, d’ouvrir un compte en ligne sur le site de City Screen et de communiquer un message écrit et visuel à propos d’un produit ou d’un service. L’application, conçue par Youssouf Kassamally et son équipe pour Super Screens Mauritius, permet en un rien de temps au client de choisir ses dates de communication dans le ou les bureaux de poste de son choix sur une carte de Maurice et cette communication défilera sur le ou les écrans sélectionnés par lui pour une durée déterminée. «C’est un service taillé sur mesure et en un temps de réactivité record.»
 
Le coût du service apparaîtra automatiquement une fois les choix effectués. Pour jauger du contenu, celui-ci sera au préalable modéré en 24 heures Mais il est possible d’obtenir une validation expresse. «Nous offrons la possibilité à tous, même aux plus petits annonceurs, d’être acteurs de leur communication, quel que soit leur budget car une communication d’un jour sur un écran dans un bureau de poste revient à Rs 89 en moyenne. Et l’avantage des bureauxde postes est qu’ils reçoivent mensuellement 1,2 million de visites», explique Jean-Pierre Sauzier, tout excité par ce service avant-gardiste qui n’est opérationnel que depuis deux mois. Un autre avantage non négligeable est que le particulier peut avoir une exclusivité pour sa campagne contre un paiement supplémentaire.
 
Super Screens Mauritius a commencé à faire de la publicité à propos de son application via ses propres écrans et par le biais d’un jeu sur Facebook. Les premières réactions enregistrées sont extrêmement positives. À tel point que Jean-Pierre Sauzier est en négociation avec une importante chaîne de supermarchés pour l’installation d’un nouveau réseau dans ses grandes surfaces, de même qu’avec certaines cliniques.
 
«City Screens bouscule un peu les habitudes établies mais se positionne en complément des modes de communication disponibles sur le marché. C’est une nouvelle façon de communiquer en temps record, par le biais de nouvelles technologies», déclare-t-il en précisant qu’en cas de panne d’écran ou d’Internet, il y aura une déduction automatique à la somme initialement facturée. Question de confiance et de crédibilité.
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires