National Art Gallery : Dorinne Kim Soo, une vie en bleu

Avec le soutien de

Les convictions politiques de Dorinne Kim Soo, elles, sont d’une seule couleur, bleues. D’abord membre exécutif de l’aile féminine, elle est promue au bureau politique du Parti mauricien social-démocrate (PMSD) en octobre 2014. C’est à mots couverts qu’elle confie avoir refusé un «ticket» aux dernières élections générales de décembre. Cela en raison des contraintes familiales. «C’est le destin.» Ce que confirme celui qui partage sa vie depuis 23 ans, son époux Denis. Il termine ses phrases, fait des blagues, la conseille, livre quelques détails tout en servant des boissons gazeuses. «Quand mon mari m’accompagne, cela lui arrive de faire le catering.» 

«Il était là avec nos deux filles, quand j’ai fait du porte-à-porte», se souvient Dorinne Kim Soo. C’était en 2012, quand elle était candidate aux élections municipales. «J’étais la première parmi les perdants», souligne-t-elle. Ses deux filles, Donna Diane et Dana Devline ont joué les hôtesses quand elle a organisé une rencontre à Quatre-Bornes, où le leader des Bleus a rencontré une audience ciblée de Mauriciens d’ascendance chinoise, pour discuter de sécurité, en décembre dernier. 

 Autant d’étapes depuis la première conférence de presse du parti, à laquelle assiste Dorinne Kim Soo. C’était en 1997, à l’occasion de la Journée de la femme. «C’est une amie et collègue qui m’a emmenée.» Car au départ, celle qui enseigne le dessin et la comptabilité au collège Lorette de Rose-Hill, depuis 26 ans, n’était «pas trop intéressée par la politique».

 Qu’est-ce qui l’a fait changer d’avis ? Au point où, aujourd’hui, elle affiche  «18 ans de fidélité» au parti. «Le premier jour, vous avez la sensation d’être dans un autre monde. Dimounn dir zot finn trouv ou dan télévizion.» L’élément déterminant étant cette impression de «faire partie d’une famille. Je me sens bien à l’aise». Ce qui explique pourquoi : «mo atann. Mo pa fer gourman, mo pa rod bout.» 

Dans l’intervalle, elle s’est investie auprès d’une dizaine d’associations de personnes du troisième âge à travers l’île. C’est Dorinne Kim Soo qui organise, à leur intention, des sorties à Casa Florida, à Casela, à la Vallé-des- Couleurs ou encore à la Vallée-d’Osterlog. Se débrouillant à chaque fois pour trouver des fonds pour que ces personnes âgées puissent profiter de ces sorties sans rien payer. «Mo kontan kan gran dimounn-la donn  ou bénédiksion.» 

 Beaucoup de temps consacré aux autres au point où, Dorinne Kim Soo l’admet, il est difficile d’en trouver pour elle-même. «Parfois, mes enfants me disent que c’est difficile de me parler, tellement le téléphone n’arrête pas de sonner.» Qu’à cela ne tienne. À «40 ans passés», celle qui est née à la rue La Paix, à Port-Louis, attend toujours de recevoir sa lettre de nomination. 

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires