Document déposé chez les Rawat: coup d’éclat ou stratégie?

Avec le soutien de

Pour certains, la manœuvre de Me Shakeel Mohamed viserait à détourner l’attention de l’affaire de trafic d’armes allégué. 

«Si seki ena dan sa dokiman la vre, li pou frakasan... » avait lancé, plein d’assurance, Me Shakeel Mohamed lors de sa conférence de presse relative au document anonyme sur la création du domain name de la National Commercial Bank (NCB), déposé chez les Rawat. Sauf que ce document circulait depuis des mois sur le Net sans que personne n’y fasse grand cas, en raison de sa nature non vérifiée. Alors, pourquoi maintenant? «Ma cliente et moi-même ignorions tout de ce document, jusqu’au moment où cela a été déposé», a répondu l’avocat.

Pour beaucoup, venir de l’avant avec un document dont l'authenticité reste encore à prouver, ressemble davantage à un coup d’éclat pour masquer quelque chose qu’une vraie pièce additionnelle à verser au dossier BAI. À quoi Me Mohamed répond: «Au-delà de la véracité du document, il y a le fait qu’Ally Raheemeea, un employé, a confirmé qu’il a acheté ce nom de domaine en son nom propre, alors que nous parlons d’une banque appartenant à l’État.»

Qui plus est, fait-il remarquer, l’achat a été fait avant le communiqué de la NCB demandant aux employés de reprendre le travail: «Il a agi en tant que qui ? Aux ordres de qui ?» Pour l’avocat, tous ces éléments, même le simple fait qu’Ally Raheemeea a confirmé l’achat, ne feront que renforcer son dossier en cour. Le document, finalement, n’était qu’un prétexte.

Oublier Katie Lynn Austin

Quant à l’argument de certains selon lequel les noms de domaines ne peuvent être réservés, Me Shakeel Mohamed affirme le contraire. D’après les experts qu’il dit avoir contactés, c’est tout à fait possible. Toujours d’après ces mêmes experts, selon l’hébergeur, il existe un délai pour acheter le nom après réservation. Le fait demeure, insiste l’avocat, qu’Ally Raheemeea a réservé le nom de domaine. Et il en a la preuve.

Autre question que d’aucuns se posent: était-ce un coup d’éclat pour faire oublier Katie Lynn Austin, directrice de Conflict Awareness Project, qui vient de demander au Premier ministre de rouvrir le dossier de trafic d’armes allégué, dans lequel le nom d’un membre de la famille Mohamed avait été mentionné à un certain moment?

«Certainement pas. C’était une stratégie pour faire cracher le morceau à Ally Rahemeea», répète Me Shakeel Mohamed. D’ailleurs, fait-il ressortir, son nom n’est mentionné nulle part: «Katie Lynn Austin, dans sa dernière correspondance au Premier ministre, parle d’une affaire alléguée, alors que plus tôt, elle était sûre de son coup.» Il n’y a rien à masquer, martèle l’avocat.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires