Cinq ans de prison pour avoir tué leur ami lors d’une partie de beuverie

Avec le soutien de

(Photo d’archives) Accusésd’avoir tué leur ami, Suraj Sythul etGanesh Gaungoo ont écopé d’une peine de prison en cour intermédiaire, le mardi 18 août.

«Akoz bwar zot finn fer violans. Zot finn bat zot kamarad koud pie ek kalot. Li finn mor dan lagoni. Enn dimoun finn perdi la vi a koz bwar.» C’est ce qu’a lancé lamagistrate Niroshni Ramsoondarà Suraj Sythul etGanesh Gaungoo, le mardi 18 août, encour intermédiaire. Accusésd’avoir tué leur ami lorsd’une partie de beuverie, ilsont été condamnés à cinqans de prison.

Les faits remontent à janvier 2013, à Riche-Mare. Suraj Sythul, Ganesh Gaungoo et Azagen Curpen, trois amis disciples de Bacchus, décident de boire un coup dans la taverne du coin. À un moment donné, une vive dispute éclate entre eux à cause d’un problème d’argent. Suraj Sythul et Ganesh Gaungoo agressent alors Azagen Curpen et le rouent de coups. Un autre ami qui était sur les lieux a essayé de s’interposer. Sans succès.

Les deux accusés ont laissé la victime sur place. Grièvement blessé, Azagen Curpen est transporté d’urgence à l’hôpital. Il devait rendre l’âme deux mois plus tard, soit le 18 mars 2013 Arrêtés, Suraj Sythul et Ganesh Gaungoo ont plaidé coupable devant la cour intermédiaire. Ils ont également présenté des excuses à la cour et à la famille de la victime.

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x