La stratégie du MMM entre les Bérenger et Jeeha

Avec le soutien de
(De g. à dr.) Paul Bérenger et Pradeep Jeeha arrivant au centre de conférences de Pailles, samedi. L’avenir du parti du coeur se jouerait entre les deux hommes et Joanna Bérenger.

(De g. à dr.) Paul Bérenger et Pradeep Jeeha arrivant au centre de conférences de Pailles, samedi. L’avenir du parti du coeur se jouerait entre les deux hommes et Joanna Bérenger.

On pensait que l’économie allait prendre le dessus sur la politique. Mais ne voilà-t-il pas que deux happenings (provoqués par l’express) replacent la politique au coeur des débats sur la Toile et dans la rue.
 
En effet, la vive colère piquée par sir Anerood Jugnauth à la suite d’une question de notre journaliste Ruth Rajaysur, déchaîne les passions sur le Web. La majorité des internautes ont été surpris par le ton et le propos du Premier ministre – qui hier encore critiquait Navin Ramgoolam pour son manque de transparence, entre autres, autour de ses voyages en Angleterre.
 
Le deuxième fait d’actualité concerne la révélation par l’express relative au remplacement de Paul Bérenger par nulle autre que la fille de ce dernier, Joanna Bérenger. Ni elle ni son père, que nous avons interrogés, n’ont démenti notre information. Encore moins Pradeep Jeeha, qui aurait, lui, pris l’avantage sur le secrétaire général du MMM Ajay Gunness pour «être l’adjoint officiel» de Paul Bérenger.

Formule à l’israélienne

«Si demain il y a des élections générales, il est plus que probable que le MMM présentera une formule à l’israélienne. En d’autres mots, Paul Bérenger va se présenter comme Premier ministre pour les trois premières années et, par la suite, passera le flambeau à Pradeep Jeeha pour les deux années restantes», explique un membre du bureau politique mauve.
 
Et quid de Joanna Bérenger ? «Celle-ci ferait son entrée au sein des instances dirigeantes du MMM une fois que Paul Bérenger va step down comme Premier ministre. Elle remplacera son père à la tête du parti et pourrait par la suite se présenter aux élections », explique notre source.

«Fille d’un symbole historique»

Dans les rangs de l’opposition, les réactions sont mitigées. «Un héritier doit émerger par lui (ou elle) même. Si Joanna Bérenger pense être à la hauteur, tant mieux pour elle, tant mieux pour son parti. Il ne faut pas oublier qu’elle n’est pas la fille de n’importe qui, mais d’un symbole historique», fait ressortir Reza Issack, ancien député travailliste.
 
En revanche, Dharam Gokhool est de ceux qui pensent que le système de dynasties doit être un facteur à prendre en ligne de compte: «Toutefois, il faut faire attention à une chose. Il y a la perception que notre système politique est dirigé par des dynasties. Reste à savoir comment mettre Joanna Bérenger en orbite.»
 
Au MSM, personne ne veut confirmer on record que le parti soleil essaie de remplacer le leader Pravind Jugnauth au Conseil des ministres et au Parlement en provoquant le moins de risques possible. Le nom de la ministre de l’Éducation Leela Devi Dookun est de plus en plus cité.
 
Quant au PTr, le poste de leader n’est plus contesté. Navin Ramgoolam demeure solidement aux commandes, et «a obtenu le soutien indéfectible de son challenger Arvin Boolell».
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires