Mission: Impossible - Rogue Nation, une leçon d’action et de démesure…

Avec le soutien de

L’équipe IMF (Impossible Mission Force) est dissoute et Ethan Hunt se retrouve désormais isolé, alors que le groupe doit affronter un réseau d’agents spéciaux particulièrement entraînés, le Syndicat. Cette organisation sans scrupule est déterminée à mettre en place un nouvel ordre mondial à travers des attaques terroristes de plus en plus violentes. Ethan regroupe alors son équipe et fait alliance avec Ilsa Faust, agent britannique révoquée, dont les liens avec le Syndicat restent mystérieux. Ils vont s’attaquer à la plus impossible des missions : éliminer le Syndicat.

LA NOTE:8/10

Aux grands maux, les grands remèdes. Cette phrase résonne dans ce nouvel opus comme un désir de pousser l’action et le spectaculaire au cran supérieur par rapport aux précédents films. Ainsi, nous voyageons à Vienne, Londres ou encore au Maroc, avec un Ethan Hunt (à qui Tom Cruise prête non seulement ses traits, mais aussi son penchant pour les cascades spectaculaires) qui ne semble pas s’essouffler. L’agent secret assure toujours ses périlleuses missions aussi bien sur terre, sous l’eau que dans les airs, agrippé à l’extérieur d’un avion. Christopher McQuarrie, réalisateur de ce film, qui a collaboré avec Bryan Singer en qualité de scénariste (Usual Suspect, Walkyrie), a retrouvé Tom Cruise à plusieurs reprises (il a écrit Edge of Tomorrow, réalisé Jack Reacher) avant de prendre les rênes de la célèbre franchise.

Ce cinquième épisode réussit à préserver l’esprit et les mêmes codes que les précédents. Le résultat est calibré, sans bavures et délesté de tout surplus pour nous offrir du pur divertissement. À défaut d’avoir un scénario se différenciant des films d’espionnage classiques, celui-ci est totalement assumé et le récit évolue sans temps mort. On apprécie tout particulièrement une ambiance plus sombre entourant des personnages vulnérables, que plus rien ne semblait pouvoir atteindre.

Cela étant dit, la vraie satisfaction de cet épisode réside dans la distribution des rôles. Ethan Hunt, audacieux et intrépide comme à l’accoutumée, fait face à son équivalent féminin incarné par l’agent britannique Ilsa Faust (Rebecca Ferguson). Ce personnage ne se contente pas d’être une bimbo ou un faire-valoir, mais possède au contraire de la profondeur.

Mystérieuse, physique et particulièrement retorse, elle crève l’écran ; c’est un plaisir de voir un personnage féminin fort, qui n’a pas besoin d’être sauvée (c’est plutôt elle qui sauve les autres à plusieurs reprises) et ne nécessite aucune aide pour se débarrasser de grands méchants.

Autre élément de l’équipe, Simon Pegg est davantage présent que dans les précédents films. Sa légèreté et sa candeur viennent ponctuer le sérieux des scènes d’action par un comique de situation tout aussi savoureux. Ce comique de situation est également apparent dans la réalisation, le cinéaste jouant notamment de la taille de Tom Cruise face à des sbires beaucoup plus imposants (physiquement) que lui.

L’action va crescendo pendant tout le film, jusqu’à la séquence finale où, contre toute attente, le réalisateur décide de se la jouer sombre et simple, avec une course poursuite où c’est le personnage féminin qui a le combat le plus long et le plus élaboré. Un vrai plaisir. Au final, ce Rogue Nation demeure fidèle à la franchise, mis en valeur par des scènes d’action spectaculaires. Le juste équilibre apporté par le mélange des cascades et d’humour permet d’enrichir un récit qui a tout pour plaire. Mission réussie. À voir pour les fans de la saga et de bons gros films d’action.

 

FICHE TECHNIQUE

Genre : Action, aventure

Durée : 2 h 12

De : Christopher McQuarrie

Avec : Tom Cruise, Jeremy Renner, Simon Pegg, Rebecca Ferguson,Ving Rhames, Sean Harris, Alec Baldwin

Salles : Star Bagatelle, La Croisette

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires