Agressés à Khoyratty: quatre policiers donnent leur version au CCID

Avec le soutien de
Les quatre policiers qui ont été agressés à Khoyratty hier, se sont rendus aux Casernes centrales, lundi 10 août pour donner leur version des faits.

Les quatre policiers qui ont été agressés à Khoyratty hier, se sont rendus aux Casernes centrales, lundi 10 août, pour donner leur version des faits.

La Central Criminal Investigation Department (CCID) souhaite connaitre les circonstances exactes de l’agression de quatre policiers à Khoyratty hier, dimanche 9 août. Ces derniers ont été convoqués aux Casernes centrales, lundi 10 août pour donner leur version des faits aux enquêteurs. Ils devront également fournir des explications sur la façon dont l’agresseur s’en est pris à eux et a incendié leur véhicule.
 
En effet hier, c’était un branle-bas de combat dans ce petit village du Nord. Il a fallu pas moins d’une cinquantaine de policiers et d’une dizaine de pompiers pour maîtriser Vikash, âgé de 37 ans. Il est actuellement hospitalisé. Selon sa famille, il serait victime de sorcellerie. «Il ne boit pas, ne fume pas. Il est végétarien. Nous ne savons pas pourquoi il a agi ainsi. Il était devenu dangereux. Heureusement que la police l’a maîtrisé à temps», a déclaré son frère Mukesh, toujours en état de choc.
 
La police, de son côté, poursuit son enquête pour faire la lumière sur toute cette affaire.
 
 

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x