Mahébourg: les dents de la «mère»

Avec le soutien de
Un requin-tigre de trois mètres de long a éveillé la curiosité de nombreux badauds, qui ont eu droit à une autre surprise de taille...

Un requin-tigre de trois mètres de long a éveillé la curiosité de nombreux badauds, qui ont eu droit à une autre surprise de taille... 

Un requin-tigre d’environ trois mètres de long a réveillé les habitants de Mahébourg, le samedi 8 août. Pris dans les mailles du filet d’un bateau de pêche, il n’a pas survécu et a suscité l’émoi des habitants qui se sont précipités pour le voir, au Mahébourg Waterfront, la nouvelle s’étant répandue en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire.

Une cinquantaine de personnes ont ainsi assisté à la scène pendant que le prédateur se faisait hacher menu. Pour certains habitants de Mahébourg, il y avait du requin au menu, samedi soir...

Mais une autre surprise de taille les attendait: le requin était une femelle, et son ventre contenait 25 petits, coriaces et encore vivants. Ils ont été remis à l’eau un à un, sous les yeux écarquillés des enfants.

Mais ce n’était visiblement pas la joie pour les bébés requins qui, eux, semblaient apeurés, désorientés. Tournoyant sur eux-mêmes et revenant vers le corps inerte de leur mère, d’où ils ont été arrachés bien malgré eux, ne sachant visiblement pas où aller. «Tazar pou manz zot sa!» lança alors une voix dans la foule, tandis que quelques téméraires s’affairaient dans l’eau pour secouer les petits requins à mains nues et les aider à quitter les lieux pour retrouver leur milieu naturel.

Joseph St Mart, 58 ans, chef de la Lion coopérative de pêche de Mahébourg, affirme que c’est la plus grosse prise de sa vie. «Monn deza gagn rékin. Mé zamé sa grander la. Li kapav pez 500 kilos.» Pêché à Camp Gomon, Bois-des-Amourettes, vers 7 h15, ce requin s’est en fait empêtré dans le filet du pêcheur.

«Li bien danzéré sa», affirme tout à coup un passant. Mais Joseph St Mart tient à tordre le cou à cette idée reçue: «Non, li pas danzéré. Dépi mo la pes, zamé mo pann trouv rékin manz dimounn kouma la Réunion.» Ce dernier nous a confié qu’il était triste pour les 25 bébés requins. «Nou pa ti koné...» Il estime que la moitié d’entre eux a des chances de survivre dans le lagon.

La bête a été découpée et les morceaux ont été distribués aux Mahébourgeois.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires