[Vidéo] Énergie : Ivan Collendavelloo rassure qu’il n’y aura pas de black-out en 2016

Avec le soutien de
Le vice-Premier ministre Ivan Collendavelloo a remarqué que les médias commentent beaucoup sur l’avenir énergétique de Maurice.

Le vice-Premier ministre Ivan Collendavelloo a remarqué que les médias sont très concernés par  l’avenir énergétique de Maurice.

«La situation demeurera préoccupante mais nous ne sommes pas dans un scénario de fin du monde. Cela n’existe pas dans le contexte actuel.» C’est ce qu’a affirmé le vice-Premier ministre Ivan Collendavelloo, ce samedi 8 août, lors de sa conférence de presse, grandement axée sur l’avenir énergétique du pays.

En effet, il a noté que les médias commentent cette affaire depuis quelques jours, mais rassure qu’il n’y aura pas de black-out de sitôt, sauf quelques coupures localisées. «Le pays appréhende cette situation depuis dix ans. Ce n’est pas la première ni la dernière fois qu’on aura ce sentiment», temporise-t-il.

 
Le ministre a d’ailleurs voulu tirer au clair l’affaire concernant le rapport de la Banque mondiale. Il réfute les dires des représentants du Mouvement militant mauricien que ce rapport sur l’avenir énergétique de Maurice a été reçu depuis quatre mois. «Le rapport aurait atterri sur mon bureau le 15 juillet 2015», fait-il ressortir. Il se donne une quinzaine de jours encore avant de rendre public ce document au Parlement.

Parmi les recommandations que fait ce document, il note d’emblée celle de renouveler le Power Purchase Agreement avec Beau Champ, que le gouvernement a déjà effectué depuis deux mois, ainsi que d’accélérer les procédures pour la centrale de St Louis. «L’arsenal légal devra aussi être mis à contribution afin d’éviter toute perte de temps en chemin

En ce qu’il s’agit du rapport de l'ex-National Energy Commission préconisant le Liquid Natural Gas (LNG), le ministre affirme qu’une équipe travaille sur la faisabilité de ce projet. Elle a  d’ailleurs le soutien du  ministre Vishnu Lutchmeenaraidoo. Des directives ont déjà été données pour qu’on développe Fort William. Dans un premier temps, cette source d’énergie pourra être utilisée dans les transports publics  et ensuite pour produire de l’électricité. La CEB met d’ailleurs en place un combined cycle plan technology. Mais le LNG ne pourra être utilisé que dans trois ou quatre ans.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires