Paul Bérenger : «La BAI sera le fardeau de Maurice pendant des années»

Avec le soutien de
Paul Bérenger a vivement critiqué l’inaction et l’absence de stratégie du gouvernement dans les récentes affaires qui ont suscité l’attention de la population.

Paul Bérenger a vivement critiqué l’inaction et l’absence de stratégie du gouvernement dans les récentes affaires qui ont suscité l’attention de la population.

«La BAI sera le fardeau de Maurice pendant des années. La mauvaise gestion de cette affaire coûtera des milliards aux contribuables.» C’est ce qu’on peut retenir de la conférence de presse de Paul Bérenger, à Ébène, ce samedi 8 août. Parmi les autres sujets abordés, les inquiétudes du leader des Mauves quant à la gestion de l’affaire Chagos ainsi que les récents événements aux Jeux des îles de l’océan Indien.

En effet, Paul Bérenger est d’avis qu’hormis les Rs 3,5 milliards que les autorités ont empruntées à la Banque de Maurice, «les autres dettes engrangées dans l’affaire BAI feront surface en temps et lieu». Il fustige aussi ce concept de «zet enn, gard enn» concernant les administrateurs spéciaux de la BAI et ajoute que les questions concernant l’avenir d’Iframac, Courts et Apollo Bramwell restent sans réponse.

Le leader de l’opposition a exprimé «son inquiétude quant à l’inaction et l’absence de stratégie du gouvernement dans le combat pour la souveraineté des Chagos». Alors qu’un comité, présidé par sir Anerood Jugnauth, avait été mis sur pied suivant sa PNQ du 13 avril, il déplore le fait que les membres ne se soient pas rencontrés à nouveau pour discuter des avancements dans l’affaire Chagos. Surtout que Londres devrait très prochainement avoir des nouvelles consultations avec les représentants des Chagossiens pour connaître le nombre de personnes qui souhaiteraint retourner dans l’île.

«La France est la cause du naufrage des Jeux des îles», c’est ce qu’a martelé le leader des Mauves. «Il ne faudrait pas mêler politique et sport.» Paul Bérenger souhaite qu’il y ait une réunion entre les ministres des Affaires étrangères de Maurice, des Seychelles, des Comores ainsi que de la France car il faut absolument tourner la page concernant les erreurs qui ont été commises. Mais avant, il veut que le gouvernement  français assure que la Charte de l’océan Indien sera respectée à la lettre.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires