Terre-Rouge: poignardée en pleine rue par un inconnu

Avec le soutien de
Suhashini indique le terrain en friche où son amie Damia a été agressée à l’arme blanche.

Suhashini indique le terrain en friche où son amie Damia a été agressée à l’arme blanche.

Suhashini* s’en est sortie avec quelques égratignures. Mais son amie Damia* a eu moins de chance. Cette dernière est aux soins intensifs de l’hôpital SSRN où elle a dû subir une intervention chirurgicale. Toutes deux ont été agressées par un homme sur la route principale du Hochet, à Terre-Rouge, mercredi 8 juillet.

La raison pour laquelle l’homme les a agressées demeure, pour l’heure, inconnue. L’hypothèse du vol ou de l’agression sexuelle semble improbable aux enquêteurs. Car, selon eux, si le malfrat avait voulu détrousser sa victime, il n’aurait pas pris la peine de la mettre à terre pour la tabasser. D’autant que le cellulaire de cette dernière se trouvait dans sa main.

«Il avait l’air perdu»

Les enquêteurs du poste de police de Terre-Rouge ont visionné les vidéos des caméras de surveillance des alentours. Si les images sont floues, elles ont tout de même permis aux policiers d’être sur la piste d’un homme.

L’incident s’est produit aux alentours de 19 h 30. Les deux femmes rentraient de la gym quand elles ont constaté la présence d’un individu «louche». «Il avait l’air perdu. Il donnait l’impression de chercher quelque chose», se remémore Suhashini. Lorsque les jeunes femmes sont arrivées à la hauteur de l’inconnu, ce dernier les a abordées en leur demandant une adresse. «On lui a montré la maison qu’il cherchait.»

L’arrivée d’un pharmacien les a sauvées

Or, poursuit Suhashini, au lieu d’aller dans la direction qu’elles lui ont indiquée, l’homme s’est avancé vers elles. «Il s’est jeté sur Damia avant de la pousser sur un terrain en friche non loin. Il a commencé à la brutaliser. Elle hurlait de douleur. J’ai tenté de l’arrêter mais il m’a poussée de toutes ses forces. J’ai été projetée contre un mur.»

Les deux amies hurlaient pour qu’on leur vienne en aide. C’est l’arrivée d’un pharmacien qui les a sauvées. «Il a pris la fuite. Quand on a relevé ma copine, on a vu qu’elle saignait et qu’elle avait été poignardée », explique la jeune habitante de Terre-Rouge.

*prénoms modifiés

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires