Il n’y a pas de pédophile type, mais…

Avec le soutien de
Lallchand Boodhoo illustre parfaitement qu’un pédocriminel est un récidiviste. Après un passage en prison pour viol, il s’en est repris à deux fillettes, et a de nouveau été condamné en 2013.

Lallchand Boodhoo illustre parfaitement qu’un pédocriminel est un récidiviste. Après un passage en prison pour viol, il s’en est repris à deux fillettes, et a de nouveau été condamné en 2013.

Décoder les signes d’un enfant victime d’abus sexuel, dénoncer cet acte aux autorités, soutenir l’enfant, c’est ce qu’il faut faire quand on reconnaît un enfant victime. Mais ces actions sont en aval, bien après que l’enfant ait subi ces atrocités. Comment alors protéger son enfant, prévenir les abus sexuels sur les enfants ?

La réponse est claire, il est tout bonnement impossible de prévenir l’abus sexuel sur les enfants, d’éradiquer les agressions sexuelles sur mineurs. Ce qui est possible par contre, c’est d’être vigilant avec les pédocriminels qui ont déjà été condamnés et leur éviter tout contact avec les enfants.

Tous les pédophiles ne sont pas des pédocriminels. Un pédophile est quelqu’un, qui selon l’Organisation mondiale de la santé, montre une «préférence sexuelle pour les enfants, qu'il s'agisse de garçons, de filles, ou de sujets de l'un ou l'autre sexe, généralement d'âge prépubère ou au début de la puberté». (2008) Mais cette définition ne prend pas en compte les préjudices subis par les enfants, c’est-à-dire les crimes qu’il commet sur eux. On parle de pédocriminel pour désigner un pédophile qui est passé à l’acte.

Toutes les couches sociales

Le Dictionnaire de psychologie Larousse (1999) définit la pédophilie comme «trouble présenté par des adultes cherchant à obtenir une excitation sexuelle en ayant des relations, le plus souvent des attouchements, avec des enfants prépubères, ou en s’imaginant ces relations».

Pour Roland Coutenceau, psychiatre (2010) : «Est considéré comme pédophile celui (ou celle) qui éprouve une excitation sexuelle pour un corps d’enfant prépubère. On peut donc être pédophile sans être passé à l’acte.»

Il n’y a pas de profil type des pédophiles. On parle de polymorphisme de personnalités des agresseurs sexuels. L’abus sexuel se retrouve dans toutes les couches sociales, dans toutes les religions, dans toutes les régions. Dans 90 % des cas, l’abuseur est une personne se trouvant dans le cercle immédiat de l’enfant. Cela peut être l’un des parents, un grand-parent, un oncle, une tante, un cousin, un ami des parents, le voisin. N’importe qui peut être un potentiel abuseur. Dans le cas du meurtre d’Eleana Edouarda Gentil, la police suspecte dorénavant un cousin, qui était même aux côtés de la famille pour les recherches et la marche de solidarité.

Il existe toutefois des caractéristiques communes et une variation entre deux «groupes» de personnalités : un être dominant, pervers, qui veut avoir l’emprise le contrôle de l’enfant devenu objet de jouissance et l’autre immature, inhibé sur le plan sexuel et affectif par rapport aux adultes, qui lui est dans la perte de contrôle.

Manipulation de l’enfant

Le pédocriminel peut être très attentionné envers les enfants, leur offrant de petits cadeaux, les mettant en confiance. Les parents sont tout aussi bernés par ces criminels qui passent parfois des semaines, des mois, voire des années à cultiver cette confiance des parents et des enfants. En bon prédateur, il sait trouver la proie idéale, l’enfant qu’il réussira à manipuler. Il exerce une emprise sur lui, qui peut se traduire par des menaces, du chantage affectif, une autorité abusive.

Les abus sexuels sur les enfants sont des actes prémédités. Pendant des mois, l’abuseur peut planifier son attaque, guetter le bon moment pour passer à l’acte. Entre temps, l’abuseur va passer du temps avec l’enfant, lui donner de l’affection, de l’amour. Il va graviter autour de l’enfant, jouer avec lui et même se positionner comme une figure presque parentale. Souvent, le pédocriminel fera en sorte que l’enfant se sente important, comme un égal, un adulte.

Les pédophiles viennent de tous les milieux sociaux. L’abuseur peut être quelqu’un de connu, de «bonne famille», tout comme Michel de Ravel de l’Argentière, pédocriminel qui a avoué avoir sexuellement abusé de plusieurs fillettes âgées entre 4 et 7 ans. Pourtant, rien de l’extérieur ne laissait prévoir sa pédophilie. Michel de Ravel, âgé de 54 ans aujourd’hui, était un homme d’affaires bien établi, habitant Rivière-Noire. Il avait une famille, des amis, il était quelqu’un de très loquace. Cependant, derrière ce masque se cachait l’effroyable secret de ce qu’il faisait subir à des petites filles.

Du «bhai looké» au violeur récidiviste

Il a été arrêté en 2012. Les faits remontaient à 14 ans de cela, 14 années de souffrance pour ces fillettes victimes qui ont grandi avec ce lourd fardeau. Au départ, elles sont cinq à porter plainte contre Michel de Ravel. Face aux accusations, le pédocriminel capitule et dit regretter son erreur.

Son regret ne vient qu’après 14 années à dormir sur ses deux oreilles, car l’une des victimes l’a dit, il semblait tout oublier de ce qu’il lui avait fait subir à mesure qu’elle grandissait. Aujourd’hui les victimes de Michel de Ravel qui l’ont dénoncé sont au nombre de huit. Et pourtant, après une maigre caution de Rs 50 000 au total, Michel de Ravel est aujourd’hui en liberté dans le pays, en attendant son jugement.

Autre lieu, autre réalité de vie, mais toujours les mêmes abus, le cas de Lallchand Boodhoo. Ce détenu actuel a été condamné à huit ans de prison en mai dernier pour avoir kidnappé et abusé sexuellement de deux sœurs âgées de 9 et 10 ans en 2013. Un fou, un sadique, un «bhai looké», c’est en ces termes que Lallchand Boodhoo est connu dans sa région. Comment après huit ans de prison pour viol d’une sexagénaire, un homme connu des services policiers pour être un pervers, exhibitionniste et violeur, a pu être laissé en liberté sans aucune surveillance ?

Pourtant, Lallchand Boodhoo a lui aussi une famille, une épouse, deux enfants. Il a souvent montré des signes de troubles psychotiques par rapport à la sexualité. Il collectionnait des sous-vêtements appartenant aux femmes de sa localité, il les épiait à la rivière, il s’exhibait devant une usine, tout cela pour assouvir ses pulsions sexuels.

«Big Cheese» : des actes minimisés

Un cas qui a beaucoup fait parler de lui ces derniers temps, à l’étranger cette fois, c’est celui de «Big Cheese», en Nouvelles Galles du Sud, en Australie. Encore une fois, les victimes, tout comme leur bourreau, sont issues d’un milieu aisé.

L’ancien directeur général de la compagnie Bega fromage, Maurice Van Ryn, connu comme «Big Cheese», avait plaidé coupable en 2014 de 12 chefs d’accusation pour abus sexuels sur mineurs. Il avait admis en cour être attiré sexuellement par des enfants depuis son adolescence et ses attaques ont perduré pendant plus de deux décennies. Aujourd’hui âgé de 59 ans, l’ancien haut cadre australien dit regretter ce qu’il a fait.

Cependant, dire qu’il regrette lorsqu’il a été confronté à ses actions n’était que subterfuge, ont trouvé les juges. En effet, le bourreau de ces enfants ne regrette que le fait que ces actions soit criminelles. Il minimise à chaque fois l’impact qu’ont eu ces expériences sur les enfants victimes. Lorsqu’il était sous caution en 2014, Maurice Van Ryn avait encore une fois tenté d’agresser un enfant.

Pas d’empathie, pas de regret

Lorsque le juge lui a demandé des explications face à cette accusation, Maurice Van Ryn aurait dit que l’incident n’impliquait qu’une «main sur le genou et une tentative d’avoir un baiser - ce qui est assez léger comme charge d’attentat à la pudeur». Il aurait continué en disant qu’il était juste en train de taquiner l’enfant, qu’il n’était pas allé plus loin.

Jusqu’où regrettent-ils vraiment leurs actes ? Des traits communs des pédocriminels sont souvent de justifier leurs actes, de ne pas les critiquer, de jouer les incompris. Le repentir n’est guère dans leur vocabulaire et ils n’ont que très peu, voire pas d’empathie. A ce compte, n’est-ce pas grave de laisser libre ces récidivistes notoires qui n’ont pas commis une erreur une fois mais qui ont agressé maintes fois ? Ils écopent de cinq ans, dix ans de prison, mais dès leur sortie de cellule, le cauchemar recommence pour leurs proies.


LIRE AUSSI

Consultez la série d’articles sur différents sujets que nous avons publiée dans le cadre de cette campagne contre la violence faite aux enfants.

Inceste: famille, je me tais

L'avez-vous remarqué ? Dans les articles de presse, on parle «d’abus sexuel» sur sa fille, belle-fille, sœur… mais il est très rare que le mot «inceste» est prononcé. Ce terme constitue le tabou suprême. D’une part, au sein des familles, car c’est la preuve de leur dysfonctionnement, et d’autre part, au sein de la société qui est très apte à passer un jugement … Lire la suite

Tirer la sonnette d’alarme sur l’abus sexuel des enfants 

Le Bureau du Directeur des Poursuites Publiques réaffirme son allégeance à une répression draconienne des abus sexuels perpétrés sur les enfants.  Nos ‘Newsletters’ antérieurs  témoignent de l’engagement de prioriser ces faits de sociétés dans le collimateur de la justice.  La vulnérabilité entachée à la personne de l’enfant justifie que ce fléau soit érigé en priorité nationale, comme nous l’avons fait ressortir dans le ‘Newsletter’ d’avril 2015. Lire la suite

Ce que les enfants doivent savoir

Parce qu’un enfant informé est dix fois mieux protégé, l’express junior consacre son dossier hebdomadaire à la pédophilie. Le but : aider les plus jeunes à comprendre ce sujet difficile, et à se protéger. Ce dossier est à lire absolument avec un adulte. Parents, enseignants, éducateurs, accompagnez les enfants dans la lecture des articles pour qu’ils ne les découvrent pas seuls.Lire la suite

[Interview]  Satyajit Boolell: «L’intérêt de l’enfant, pas assez protégé»

Témoignage par vidéo, audiences à huis clos… Malgré toutes ces dispositions, le Directeur des poursuites publiques estime que la loi devrait prévoir d’autres mesures pour mieux protéger les enfants victimes d’abus sexuels afin que leurs interrogatoires se déroulent mieux. Il apporte un éclairage légal à nos questions dans le cadre de notre campagne contre les violences faites aux enfants. Lire la suite

Il n’y a pas de petits abus

Quand on parle d’abus sexuel, on ne pense généralement qu’au viol ou à l’agression physique. Mais le vaste terme d’abus sexuel est utilisé pour décrire les différents types d’abus sexuels auxquels un enfant peut être soumis. Cette agression peut avoir lieu sans même toucher la victime. Ses conséquences n’en restent pas moins dévastatrices. Lire la suite

Comment signaler un abus sexuel sur mineur ?

Il suffit de composer le 113. Ce numéro de la CDU permet de signaler tout abus sexuel sur un enfant. La victime sera alors prise en charge par les autorités. Les adultes qui ont subi des abus durant l’enfance peuvent également porter plainte. Lire la suite

 Le champ des signes des enfants

C'est ce jeudi que débute la campagne de communication initiée par La Sentinelle, axée sur les violences sexuelles faites aux enfants. Dans le cadre de cette initiative, nous publierons durant les deux semaines à venir une série d’articles sur le sujet. A commencer par les signes que peuvent montrer les enfants victimes de violences sexuelles, principal axe de cette campagne.Lire la suite

[Témoignage] Violée à 13 ans, elle raconte sa reconstruction

Alors que La Sentinelle se mobilise contre les violences sexuelles envers les enfants à travers une campagne pédagogique nationale visant les adultes, des brochures imagées pour les écoliers et une formation dispensée aux journalistes, nous vous proposons le témoignage d’une femme de 25 ans, violée à 13 ans, dont le cas est actuellement en cour. Lire la suite

 Zoom sur ces signes qui alertent

C'est ce jeudi que débute la campagne de communication initiée par La Sentinelle, axée sur les violences sexuelles faites aux enfants. Dans le cadre de cette initiative, nous publierons durant les deux semaines à venir une série d’articles sur le sujet. A commencer par les signes que peuvent montrer les enfants victimes de violences sexuelles, principal axe de cette campagne.Lire la suite

La Sentinelle lance une campagne pour la protection des enfants

En collaboration avec le ministère de l’Egalité des genres, La Sentinelle lancera le 25 juin une vaste campagne contre la pédophilie. Au programme: campagne publicitaire, formation des journalistes et campagne d’information sur la sexualité à destination des enfants. Lire la suite

[Vidéo] La Sentinelle lutte contre la violence sexuelle faite aux enfants 

Une campagne contre la violence sexuelle faite aux enfants a été lancée, le samedi 20 juin, par le groupe La Sentinelle en partenariat avec le ministère de l’Egalité des genres, Pédostop, Dialekt et LEAD ainsi que ses partenaires médias. Cette campagne en trois volets a pour but de sensibiliser le public. Voir la vidéo

Publicité
Publicité

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires