Canot chaviré à Rivière-Noire: les deux skippers étaient en état d’ébriété

Avec le soutien de
C’est dans le lagon de Rivière-Noire que le drame s’est joué dimanche soir. © Dev Ramkhelawon

C’est dans le lagon de Rivière-Noire que le drame s’est joué, dimanche soir. © Dev Ramkhelawon

L’alcotest s’est révélé positif. Deux occupants du dinghy qui a chaviré dans le lagon de Rivière-Noire, dimanche soir, étaient  sous l’influence de l’alcool au moment du drame qui a conduit à la mort d’une personne. Leur profession: l’un est skipper d’un catamaran et l’autre  l'assistant skipper d’un autre catamaran.
L’alcotest a été effectué par des éléments de l’Emergency Response Service peu avant minuit, dimanche.
 
Quelques heures plus tôt, soit à 20 h 45, la National Coast Guard (NCG)  reçoit un appel anonyme. L’appelant indique qu’une embarcation dans le lagon n’arrête pas de klaxonner. À 21 heures une équipe de sauveteurs est déjà sur les lieux de l’accident, qui se trouvent à 300 mètres du rivage. Où elle récupère cinq personnes qui étaient sur un catamaran.
 
Ces rescapés sont tous ramenés au poste de la NCG de Rivière-Noire. C’est à ce moment qu’ils constatent qu’un des leurs manque à l’appel. Immédiatement, les sauveteurs retournent continuer les recherches. Entre-temps, un des deux policiers qui étaient parmi ces rescapés ne se sent pas bien. Il a est conduit à l’hôpital Yves Cantin situé dans le village. Il sera par la suite transféré à l’hôpital Victoria, à Candos.
 
Ces deux policiers sont actuellement interdits de fonction.  Le skipper est âgé de 42 ans tandis que l’assistant skipper est, lui, âgé de 35 ans. Ils habitent tous deux dans l’Ouest. Le cinquième occupant de l’embarcation est un Purchasing Officer d’un hôtel de ce littoral, habitant Case-Noyale.
 
Le patrouilleur Defender a aussi participé aux recherches, dimanche. Tôt hier matin, les recherches ont repris avec le concours de l’hélicoptère Fennec. Après qu’un corps flottant a été localisé, des plongeurs de la NCG l’ont récupéré à une profondeur de deux mètres et ce, à 300 mètres de la terre ferme. Il s’agit du corps de Sailendrasing Babbo, un mécanicien de 32 ans. Son cadavre a été transporté à la morgue de l’hôpital de Candos aux fins d’autopsie. Celle-ci, pratiquée par le Dr Harish Coomar Baichoo, Police Medical Officer, a attribué le décès à l’asphyxie due à la noyade.
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires