Le pape rappelle à l'Amérique latine sa "dette" envers "les plus fragiles"

Avec le soutien de

Le pape François est arrivé dimanche en Equateur pour un périple de huit jours en Amérique du Sud, rappelant dès son arrivée à Quito "la dette" qu'entretient toujours la région envers "les plus fragiles et les plus vulnérables".

"Les progrès et le développement (économique) en cours (en Amérique latine) garantissent un avenir meilleur pour tous", a déclaré le souverain pontife dans sa première allocution prononcée sur le tarmac de l'aéroport Mariscal Sucre de Quito où il est arrivé à 14H45 locales (19H35 GMT), ont constaté des journalistes de l'AFP.

Cependant, "une attention spéciale (doit être) accordée à nos frères les plus fragiles et aux minorités les plus vulnérables, envers lesquels l'Amérique latine conserve une dette", a ajouté le premier pape jésuite et latino-américain de l'Histoire.

Souriant, la soutane secouée par le vent, François avait auparavant reçu au pied des marches de la passerelle l'accolade du président équatorien Rafael Correa.

Accueilli par une haie d'honneur constituée d'enfants indiens en tenues traditionnelles, il avait ensuite écouté quelques minutes les airs d'un orchestre symphonique.

Il a ensuite quitté l'aéroport dans une petite voiture en direction de la nonciature apostolique, salué par une foule agitant des drapeaux blancs des deux côtés de la route.

Agé de 78 ans, le pape, qui quittera l'Equateur mercredi pour la Bolivie avant de se rendre au Paraguay de vendredi à dimanche, avait participé aux Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) au Brésil en 2013.

L'Amérique latine héberge la majorité des 1,2 milliard de catholiques de la planète, malgré les coups de boutoir portés par les cultes évangéliques.

Dans un télégramme adressé aux présidents vénézuélien Nicolas Maduro et colombien Juan Manuel Santos à l'occasion du survol du Venezuela, François a également plaidé pour "une coexistence pacifique" au Venezuela et en Colombie, deux pays secoués par des troubles intérieurs.

Pour son neuvième voyage à l'étranger, François visite trois pays à forte majorité catholique marqués par une longue histoire de pauvreté et d'inégalités touchant principalement les populations indigènes.

Il prononcera 22 discours et prendra sept fois l'avion sur un parcours de 24.000 km.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires