Copa America 2015 – Chili-Argentine : Des duels de gladiateurs

Avec le soutien de
Le duel entre Vidal (au centre) et Mascherano sera l’un des clefs de la finale.

Le duel entre Vidal (au centre) et Mascherano sera l’un des clefs de la finale.  

Il n'y a pas que les stars Messi et Sanchez: la finale de la Copa America entre l'Argentine et le Chili (ce soir à 0h00, heure de Maurice) propose une série de duels à prévoir dans chaque ligne.
 
Vidal/Mascherano: "Roi" vs "Jefecito"
Leurs profils divergent dans le rayonnement - offensif pour Vidal, défensif pour Mascherano. Mais se rejoignent pour tout le reste, et en premier lieu leur statut d'âme du milieu. Hargneux, agressifs, autoritaires, ce sont eux qui tiennent la baraque - ils ont eu l'occasion de croiser le fer en finale de la Ligue des champions (Barça-Juve, 3-1), même si "Masche" jouait un cran plus bas, en défense centrale.
Le brassard est pour l'artiste Messi, mais Mascherano reste le chef de guerre, préposé aux basses oeuvres, bref, le "Jefecito" (petit chef) qu'il a toujours été. Vidal a changé de dimension cette saison à la Juve et s'est imposé plus que jamais comme le thermomètre du Chili, celui qui crée le jeu, aux côtés de Valdivia, pas sûr d'être titulaire samedi. Et si le "Roi" Arturo a fait parler de lui en dehors des terrains, avec son spectaculaire accident de la route au début du tournoi, il n'a pas oublié de rester indispensable (3 buts).
 
Agüero/Medel: "Kun" vs "Pitbull"
La défense chilienne, à quatre ou à cinq, aura fort à faire avec l'attaque argentine où Messi et Di Maria encadrent Agüero. Ce dernier en est le meilleur buteur (3 buts) et se veut avide de revanche après un Mondial en demi-teinte: "Je n'étais pas arrivé en forme. Cette fois, je me sens très bien, je suis mieux physiquement, sans blessure. C'est comme ça que j'essaie de payer la dette que j'ai envers la sélection". Partenaire privilégié de Messi dans les conquêtes du Mondial des moins de 20 ans en 2005 et de l'or olympique en 2008, l'ex-gendre de Maradona adore filer entre les pattes des défenseurs athlétiques par sa vitesse et ses dribbles dans les petits espaces.
C'est à ce genre de buteurs que Medel est prêt à mordre les chevilles. Ce milieu défensif repositionné derrière est un guerrier dans l'âme, à courir pour les autres, à s'arracher dans l'effort, à transmettre sa rage. Le "Pitbull" a aussi progressé techniquement, domaine où il faisait figure de rustre auparavant, et en explosivité. Ce sera un duel de petits gabarits, qui dépassent de peu le 1,70 mètre.
 
Romero/Bravo: paradoxes et consécration
Les deux gardiens sont des piliers de leurs sélections et ont disputé deux Coupes du monde, mais leurs situations divergent totalement. A 28 ans, Romero est déjà devenu le détenteur du record argentin de sélections pour un gardien (64 capes). Il est entré dans le coeur de ses compatriotes en stoppant deux tirs aux but dans la loterie finale face aux Pays-Bas en demie du Mondial-2014. Pourtant, "Chiquito", son surnom ironique (1,92 m), sort de deux saisons blanches en club, en ayant été doublure à Monaco puis à la Sampdoria Gênes...
A l'inverse, Bravo a vécu sa meilleure saison sous les couleurs du FC Barcelone (plus petit nombre de buts encaissés en Liga: 19 en 37 matches) et ainsi participé au triplé catalan, alors que sa jeune doublure Ter Stegen disputait Coupe du Roi et Ligue des champions. Le capitaine de la Roja (32 ans) pourrait vivre la consécration d'être le premier Chilien à soulever le trophée de la Copa America. Il faudra pour cela rester étanche face à un certain Messi, son partenaire en club. "C'est vrai que ce ne sera pas facile vu la qualité de Leo et ce qu'il a fait dans sa carrière", a lâché le gardien.
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires