Lors d’un voyage: il accuse sa femme ukrainienne de s’être enfuie avec leurs fils

Avec le soutien de

Son fils aîné doit souffler ses six bougies le 27 juillet. Mais Kailash ne sera pas à ses côtés. Cet habitant de Sodnac, âgé de 38 ans, est sans nouvelles de ses trois fils dont il a été séparé depuis plus d’un mois. Leur mère les a emmenés vers une destination inconnue, lors d’un voyage en Ukraine, le pays d’origine de cette dernière.

Lundi, l’ancien étudiant en dentisterie a décidé de porter plainte au Central Criminal Investigation Department (CCID). Il accuse son épouse de lui avoir arraché ses enfants. Il a expliqué qu’il s’est uni à l’Ukrainienne, en 2009, à Kharkov, en Ukraine. Ils ont d’abord deux enfants. Le trentenaire a ensuite déclaré aux policiers que toute la famille a fini par s’installer à Maurice trois ans plus tard. Et début 2014, ils ont un troisième enfant, qui vient au monde en Ukraine.

 «J’ai seulement pu leur dire de ne pas oublier que je les aimais plus que tout»

 

Dans sa déposition, Kailash a raconté qu’il y a plus d’un mois, son épouse a reçu un appel de ses parents. Ces derniers l’ont informée que sa grand-mère maternelle était au plus mal et qu’elle souhaitait revoir tous ses enfants une dernière fois avant de mourir. Le 19 mai, toute la famille a pris un vol pour Kharkov.

Quelle ne fut pas la surprise du Mauricien de constater, à leur arrivée, que la grand-mère était en forme. Celle-ci lui a demandé si les enfants pouvaient rester encore un mois, alors que la date du départ avait été fixée au 26 juin. Le trentenaire a refusé, disant que l’aîné et le cadet allaient manquer les cours, étant des élèves d’une école primaire à Quatre-Bornes.

Deux jours avant le vol, Kailash reçoit une invitation de son beau-frère, lui enjoignant de l’accompagner à un dernier match de la ligue de foot. Au retour, le Mauricien tombe des nues. Ses valises ont été déposées en dehors de l’appartement fermé à double tour, avec une note de sa femme.

La Child Development Unit alertée

Le trentenaire a sollicité la police de Kharkov qui lui a conseillé de regagner Maurice. «J’avais le numéro professionnel de ma belle-mère. J’ai pu la convaincre de me laisser parler à mes garçons. J’ai seulement pu leur dire de ne pas oublier que je les aimais plus que tout», explique-t-il à l’express.

Depuis, c’est le néant. Kailash ne sait plus à quelle porte frapper. Il a, certes, fait appel à la Child Development Unit. Mais en son for intérieur, confie-t-il, il s’est préparé à ne pas voir ses enfants pendant un bout de temps. Il ne sait ni s’ils vont bien, ni si leur mère, une étudiante en économie, parvient à subvenir à leurs besoins.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires