Pravind Jugnauth reconnu coupable: «Je ne suis pas d’accord avec ce jugement», dit SAJ

Avec le soutien de
Sir Anerood Jugnauth lors d’une soirée organisée à l’ambassade des États-Unis vendredi 3 juillet.

Sir Anerood Jugnauth lors d’une soirée organisée à l’ambassade des États-Unis vendredi 3 juillet. 

Sa réaction était des plus attendues depuis que son fils Pravind Jugnauth a été reconnu coupable de conflit d’intérêts dans l’affaire MedPoint. «Je ne suis pas d’accord avec ce jugement», a déclaré le Premier ministre. Sir Anerood Jugnauth (SAJ) intervenait lors d’une soirée organisée pour célébrer l’indépendance des États-Unis à Vacoas, le vendredi 3 juillet.

«J’espère qu’on aura raison en appel», a précisé le Premier ministre.

Pravind Jugnauth avait également fait ressortir qu’il n’était «pas d’accord» de l’accusation de conflit d’intérêts qui pèse sur lui. «Sur mon intégrité et mon honneur, je n’ai commis aucune offense», a-t-il déclaré. Il a indiqué qu’il fera appel.

Lors du prononcé de la sentence, le jeudi 2 juillet, les magistrats Niroshini Ramsoondar et Azam Neerooa ont annoncé que les 12 mois de prison qu’ils ont infligés à Pravind Jugnauth pouvaient être convertis en services communautaires. C’est le rapport du Probation Office, attendu le 16 juillet, qui déterminera comment l’ancien ministre de la Technologie purgera sa peine.

Pour les magistrats, le délit de conflit d’intérêts entraîne une violation du devoir d’un fonctionnaire envers les membres du public. Il y a «suffisamment d’éléments pour indiquer que l’accusé a de manière délibérée pris part à la décision de réallouer des fonds à Medpoint»Ils ont expliqué que peu importe si Pravind Jugnauth pensait qu’il avait raison, il a participé à la prise de décision en ce qu’il concerne la réallocation des fonds afin de payer Medpoint Ltd. Cela, bien qu’un de ses proches était particulièrement impliqué dans ce dossier, ont fait ressortir les magistrats. Il s’agit là justement d’un délit sous l’article 13(2) de la PoCA, ont-ils stipulé.

«Est-ce qu’un ministre peut refuser une directive du Cabinet?»

«Si ce n’était pas Pravind Jugnauth, n’importe quel autre ministre aurait signé ce document. Donc, il est aujourd’hui important de savoir si une décision du Conseil des ministres est ‘binding’ ou non? Est-ce qu’un ministre peut refuser une directive du Cabinet?» a réagi le ministre Yogida Sawmynaden.

«Notre parti respecte les institutions même si ce jugement en soi est choquant. Pravind Jugnauth va maintenant laver son honneur en faisant appel», a-t-il ajouté. Alain Wong estime, quant à lui, que «la responsabilité est partagée. Les hauts fonctionnaires ont aussi vu ce dossier et l’ont approuvé. S’il y avait maldonne, ils auraient dû conseiller le ministre ou signifier leur désaccord. Or, il n’en est rien».

«Confusion»

Pour Arvin Boolell, du PTr, «il y a beaucoup de confusion autour de cette sentence. Je me demande comment Pravind Jugnauth peut faire appel et en même temps purger sa peine en travaux communautaires. J’espère qu’on peut tirer cela au clair». Et d’ajouter : «Je crois qu’il y a cette perception qu’il n’est pas traité comme un citoyen ordinaire.» Me Yousuf Mohamed dit, lui, «ne pas croire qu’il y a une raison délictueuse. Pravind Jugnauth devrait faire appel contre ce jugement. S’il accepte de faire le service communautaire, il ne pourra pas faire appel».

Ajay Gunness, du MMM, a, de son côté déclaré «comprendre qu’après la sentence la famille Jugnauth et le MSM passent par des moments difficiles, mais les gens doivent respecter ce jugement pour ne pas faire de tort au judiciaire. Au MMM, nous analyserons cette sentence sous l’angle de la Constitution et samedi nous pourrons faire une déclaration».

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires