Madagascar : Les prix des carburants montent en flèche

Avec le soutien de

Le gazole repasse la barre des 3 000 ariary. Depuis dimanche matin, le litre de gazole est acheté à 3 150 ariary dans les stations-service. Le litre du gazole a déjà atteint ce niveau en janvier, mais une baisse de 50 ariary appliquée fin février a stabilisé ce prix à 2950 ariary pendant quatre mois. Il s’agit également du produit qui a connu la hausse la plus importante dans le cadre de cette révision tarifaire, alors que d’habitude, c’est l’essence sans plomb 95 qui en est la plus affectée. C’est la conséquence de l’application de la vérité des prix.


En effet, pour le gazole, le prix appliqué a connu le plus grand écart de la vérité des prix par rapport aux
autres. «Puisqu’il s’agit du produit le plus utilisé, et particulièrement pour le transport public, les hausses étaient modérées. Mais maintenant que la vérité doit être appliquée, il faut réduire cet écart», explique une source intervenant dans le secteur pétrolier. La hausse pour le gazole est de 200 ariary, contre 150 ariary pour l’essence et 100 ariary pour le pétrole lampant. Le litre de l’essence sans plomb est dorénavant  de 3 730 ariary, et celui du pétrole lampant est de 2 410 ariary le litre.

Autres augmentations

Malgré cette hausse, les intervenants du secteur affirment encore que la vérité des prix n’est pas totalement atteinte. D’autres révisions à la hausse sont encore envisageables, bien que le mois de juin ait été avancé par l’Etat pour l’application totale de cette vérité des prix. Selon les précisions, le cours considéré était de 60 à 65 dollars pour ces nouvelles tarifications, mais actuellement le cours s’établit entre 65 dollars et 70 dollars. «Ces nouvelles tarifications sont à un peu moins de la moitié de ce qu’il fallait faire. Autrement dit, il faudra encore appliquer un peu plus que ces différences de prix, soit plus de 200 ariary pour le gazole, plus de 150 ariary pour l’essence et plus de 100 ariary pour le pétrole, pour atteindre la vérité des prix», poursuit notre interlocuteur.

Outre la hausse du cours du pétrole à l’international, la dépréciation continue de l’ariary par rapport au dollar a été avancée comme facteur principal expliquant cette augmentation de prix. Celle-ci va se répercuter sûrement sur le prix des autres produits, étant donné que les taxis sont les seuls à bénéficier d’une subvention, qui d’ailleurs est appelée à disparaître incessamment.


Une source bien informée avance que pour ces derniers, les subventions vont s’étaler jusqu’à la fin de l’année, mais pas au-delà selon les recommandations du Fond monétaire international. En ce qui concerne l’administration de prix par l’État, elle devrait prendre fin ce mois de juin. Selon certaines sources, cette pratique va encore être maintenue pour les prochains mois, mais en tout cas, le système n’empêche pas les révisions tarifaires qui dépendent de différents paramètres.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires