Andy Sophie : Le bonheur de Sophie

Avec le soutien de

Lorsque l’on parle d’expatriés au sein de la sélection nationale de football, l’on a tendance a faire référence aux frères Bru, Jonathan et Kevin.  Ces deux joueurs, qui jouent respectivement pour le club portugais d’Oliveirense et Ipswich Town, équipe de Championship, équivalent de la deuxième division anglaise, demeurent des valeurs sûres pour le Club M.


Toutefois, il serait intéressant de souligner l’apport d’Andy Sophie dans le groupe quadricolore. Cet élément offensif qui prend du plaisir à labourer les couloirs affiche de la régularité dans la sélection. Le joueur de l’AS Marsouins, club de première division réunionnaise, est actuellement à quatre buts en six sorties avec le Club M et a planté un jalon d’envergure dans le jardin d’Alain Happe dans l’optique des Jeux des Iles de l’océan Indien. La 9e édition des Jeux indianocéaniques qui se dérouleront à l’île de La Réunion du 1er au 9 août  a des allures de retour à la maison pour cet habitant de Terre-Rouge. Cela fait maintenant sept ans qu’Andy Sophie écume la ligue semi-professionnelle de l’île Sœur avec de la réussite. « Le football réunionnais a un bon niveau et l’impact physique ainsi que la technicité donnent beaucoup de relief au championnat. D’autre part, plusieurs anciens pensionnaires de la Ligue 2 et du CFA viennent s’exiler ici, ce qui contribue à la densité de la ligue », explique Andy Sophie.


Avant d’aller s’exercer dans ce département français, le Portlouisien a fait ses premier pas dans le football à la prestigieuse Ecole de Foot de St François Xavier sous la houlette du très réputé Marcel Guillaume. Un homme d’une grande valeur et d’une intelligence remarquable selon les dires du ‘goleador’ mauricien.
Le joueur intègre par la suite le Centre de préformation de Pamplemousses, alors dirigé par Eddy Rose, le sélectionneur national de beach soccer. En 2006, il se voit offrir une chance avec l’équipe première des Nordistes. « Je n’ai pas hésité quand Pamplemousses m’a tendu la main et je pense avoir bien fait car nous avons obtenu le titre de champion de la première division la même année », se souvient Andy qui a fêté sa première sélection l’année suivante en s’envolant pour Madagascar pour y disputer les JIOI.


De la stabilité


C’est durant cette période que les premières sirènes réunionnaises commencent à séduire cet athlète de 28 ans. Le président du club de St-Louis, île de La Réunion, l’encourage à venir faire un essaie dans son club. Un passage qui se révèle concluant. « Tout s’est très bien passé jusqu’à ce que des soucis administratives viennent compliquer le dossier et j’ai dû écouter mon séjour là-bas », fait ressortir ce milieu offensif qui alterne ente le flanc droite et la projection rapide vers l’avant.  


La chance le souri de nouveau en 2008 quand le club de Ste Marie lui fait les yeux doux. « Je ne voulais pas laisser passer cette opportunité. Je suis resté un an à Ste Marie avant de rejoindre l’US Tamponnaise où nous avons réalisé le doublé Coupe/Championnat. Cela fait maintenant deux ans que je défends les couleurs de l’AS Marsouins et tout se passe bien ici », confie ce beau gosse dont l’allure et les gestes techniques n’est pas sans rappeler un certain Cristiano Ronaldo. Cependant, c’est bien le Barcelonais Lionel Messi qui a la côte dans le cœur d’Andy Sophie.   « Avec Henri Speville, ce sont les personnalités que j’apprécient dans le football », avoue Andy Sophie. Questionné sur la possibilité de revenir un jour à Maurice, où la discipline du ballon rond est passée sous la bannière du professionnalisme, explique que cela s’avère compliqué. « Il y a une bonne ambiance ici et les supporteurs sont vraiment sympa. D’autre part, j’ai fondé ma famille ici et je suis père d’une petite fille de deux ans », indique Andy Sophie avant d’ajouter sibyllin : « Le football réserve pas mal de surprise et dans ce sport, l’on ne sait jamais ce qui peut se passer ».  


Abordant le chapitre de la sélection nationale, notre interlocuteur est d’avis que le Club M est en bonne voie, mais qu’il faut de la stabilité et cette envie d’aller de l’avant. « Nous sommes toujours en phase de reconstruction et avec plus de rigueur et une certaine stabilité, nous pourrons réaliser de belle choses sur la scène internationale », fait ressortir l’unique buteur du la sélection durant le naufrage à Accra.


A 34 jours des Jeux, Andy Sophie demeure un maillon essentiel dans l’aventure du Club M dans l’île Intense. La sélection nationale affrontera justement les hommes de Jean-Pierre Bade le 31 juillet au stade Michel Volnay dans ce qui constituera le premier match du groupe quadricolore aux Jeux.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires