Pensions de vieillesse: des syndicalistes du secteur public pas d’accord avec le FMI

Avec le soutien de
Radakrishna Sadien pense que priver une partie de la population de pension de vieillesse n’est pas une bonne solution.

Radakrishna Sadien pense que priver une partie de la population de pension de vieillesse n’est pas une bonne solution.

Les pensions de vieillesse doivent-elles être réservées aux plus démunis ? C’est en tout cas l’une des propositions du Fonds monétaire international (FMI) pour éviter d’énormes dépenses publiques dans le futur au niveau des allocations aux retraités. Dans un rapport sur le système de distribution de pensions à Maurice, l’organisme international avait tiré la sonnette d’alarme, arguant que le vieillissement de la population sera une charge de plus en plus lourde sur les dépenses publiques.

D’où la solution proposée de «phase out» graduellement les plus aisés des pensionnaires, et de ne cibler à terme que les plus démunis. Une proposition qui ne plaît pas du tout aux syndicalistes de la Government Services Employees Association (GSEA),  à commencer par leur président, Radakrishna Sadien.

Ce dernier, qui était face à la presse mercredi 24 juin, indique qu’un système de ciblage «va amener les gens dans la pauvreté». Il estime que tout un chacun a droit à une pension de vieillesse. Selon lui, «il faut revoir le système de taxation pour permettre à la population d’augmenter ses revenus».

Détruire les données biométriques des fonctionnaires

Par ailleurs, Radakrishna Sadien a appelé le gouvernement à détruire la base de données biométriques «où les empreintes des fonctionnaires sont stockées». Il a précisé que le syndicat enverra une missive à ce sujet aux autorités, tandis qu’une rencontre est prévue avec le ministre de la Fonction publique.

Les accords de partenariat entre le public et le privé sont «voués à l’échec»

Revenant sur la journée mondiale de la qualité et du service, le président de la GSEA a évoqué les recherches de David Hall, ancien directeur de la Public Services International Research Unit de l’université de Greenwich, au Royaume-Uni. Selon le syndicaliste, le chercheur aurait conclu que les projets de Public-Private Partnership sont voués à l’échec.

Se basant sur ces conclusions, il a appelé le gouvernement à revoir tous les secteurs où il y a un partenariat entre le public et le privé.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires