Mondial féminin: et maintenant l'Allemagne pour les Bleues!

Avec le soutien de
La joie des Françaises après le but d'Elodie Thomas contre la Corée du Suyd, le 21 juin 2015 au stade olympique de Montréal.

La joie des Françaises après le but d'Elodie Thomas contre la Corée du Suyd, le 21 juin 2015 au stade olympique de Montréal.

Les France-Allemagne à élimination directe en Coupe du Monde ont fait l'histoire du football français et les filles auront le leur, comme les garçons les ont eus en 1982, 1986 et encore l'année dernière au Brésil, là aussi en quarts de finale.
 
Pour espérer une autre issue que celle vécue par les joueurs de Didier Deschamps, l'équipe de Philippe Bergeroo devra réussir une immense performance, car l'Allemagne, dont la coach Silvia Neid était dans les tribunes dimanche à Montréal, a impressionné en 8es de finale contre la Suède (4-1).
 
Mais les Bleues le savent depuis le tirage au sort, la première place du groupe F était synonyme de parcours infernal: l'Allemagne, puis sans doute les Etats-Unis, soit les deux nations-phares de la discipline.
 
Mais avant de se frotter aux redoutables Allemandes, il fallait faire attention aux modestes Sud-Coréennes. Alors, échaudées par leur revers en poule face à la Colombie (2-0), les Françaises avaient promis d'aborder la partie avec autant de sérieux que celle livrée mercredi contre le Mexique (5-0).
 
La leçon a manifestement porté, et les coéquipières de Wendie Renard ont tenu promesse en attaquant pied au plancher. Dès la 10e minute, l'affaire était entendue, avec la manière en plus.
 
A la 4e minute, Delie ouvrait le score, comme elle l'avait fait au bout de 35 secondes contre les Mexicaines. La frappe de la Parisienne était vilaine, mais le mouvement qui l'avait précédée, impliquant Necib, Boulleau et Abily, était lumineux.

- Le souvenir d'Offenbach -

Quatre minutes plus tard, une action de 100 mètres était conclue par Thomis après un une-deux avec Le Sommer et la France, qui comptait de nombreux supporteurs au stade Olympique, avait pris le large.
 
Qualité technique, vitesse, justesse: dans l'atmosphère particulière de ce stade fermé, les Bleues n'avaient pas laisser les Coréennes trouver ni le premier, ni le second souffle.
 
En seconde période non plus les Françaises ne laissaient pas leur adversaire respirer. Dès la 48e minute, Le Sommer s'enfonçait dans la défense coréenne et offrait un doublé à Delie, désormais à la tête de 61 buts en 89 sélections.
 
La suite était maîtrisée, comme l'a été la grande attaquante sud-coréenne Park Eunsun (1,82m), et Bergeroo a pu faire souffler Abily, Le Sommer et Delie, offrant au passage un peu de temps de jeu à Hamraoui et Diani.
 
Les Françaises ont désormais cinq jours pour préparer leur grand rendez-vous face à l'Allemagne et il n'y aura pas une minute de trop.
 
Car si le duo Le Sommer-Delie pèse trois buts chacune, le tandem allemand Mittag-Sasic en vaut lui cinq chacune. Physiques, puissantes, techniques et expérimentées, les Allemandes, six fois championnes d'Europe en titre, ont tout.
 
Les Françaises, elles, ont leurs progrès, leur enthousiasme et même leurs résultats récents. Sur les trois derniers France-Allemagne, deux se sont finis par des matches nuls et le dernier par un succès français 2-0, en octobre dernier à Offenbach.
 
Ce n'était qu'un match amical, mais ni les Bleues ni les Allemandes ne l'ont oublié.
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires