Délinquance juvénile: une mutinerie évitée de justesse au RYC Girls

Avec le soutien de
(Photo d’archives) Les filles enfermées au Rehabilitation Youth Centre de Beau-Bassin seraient souvent privées de télévision.

(Photo d’archives) Les filles enfermées au Rehabilitation Youth Centre de Beau-Bassin seraient souvent privées de télévision.

Au Rehabilitation Youth Centre (RYC) de Beau-Bassin, l’on évoque un climat de «répression». Attisant la révolte parmi les filles qui y sont internées. La situation serait telle qu’en début de semaine, une mutinerie aurait été évitée de justesse.
 
Une source dans les milieux concernés explique que depuis quelques mois, ce sont les membres de la Prison Security Squad (PSS) qui assurent la surveillance au RYC de Beau-Bassin. Y sont enfermées des jeunes filles en attente d’être jugées et d’autres qui doivent être réhabilitées.
 
Or, la présence des éléments de la PSS serait mal vue au sein du RYC. «Les gardiens sont en uniforme et privilégient souvent la répression. Les sorties sont rares. Du coup, les filles restent coincées au RYC», fait-on valoir.

«Telles des prisonnières»

Selon nos informations, les filles jouissaient auparavant d’une certaine autonomie en préparant elles-mêmes leur repas. Mais depuis peu, les repas sont fournis par le département de la prison. «Les adolescentes refusent de manger cette nourriture. Elles disent que cela n’a aucun goût. Au lieu de favoriser la réhabilitation, les filles sont traitées comme des prisonnières», poursuit cette même source.
 
En outre, l’on indique que les filles sont souvent privées de télévision. Ou alors, ce sont les surveillants qui choisiraient les chaînes. Par ailleurs, il nous revient que la fille qui aurait tenté de commencer une mutinerie n’a reçu aucune visite pendant plusieurs mois.

Veiller à la sécurité des détenues

Interrogé par l’express, le commissaire des prisons Jean Bruneau indique que les filles bénéficient d’un traitement adéquat. Selon lui, les sorties se font assez régulièrement. En ce qui concerne les repas, il avance que les cuisines sont inutilisables pour le moment étant donné que les infrastructures sont en train d’être revues. Sollicité, le ministère de la Sécurité sociale confirme qu’il y a bien eu un «incident» au RYC. De préciser, toutefois, que celui-ci était «mineur» et «a pu être contrôlé».
 
De plus, l’on avance qu’un officier de la prison a été posté pour veiller à la sécurité des détenues, alors que ce sont les officiers du ministère qui s’occupent de la gestion quotidienne du RYC. Et que des activités, telles que le zumba, y sont organisées.
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires