Bérenger: «On ne s’attendait pas à une telle défaite, mais le MMM continue à foncer»

Avec le soutien de
Pour Paul Bérenger, le MMM doit continuer à «foncer».

Pour Paul Bérenger, le MMM doit continuer à «foncer».

«Le MMM continue de payer le prix fort de l’erreur de l’alliance avec le PTr.» Telle est, selon Paul Bérenger, la raison principale de la défaite du MMM aux élections municipales. Le leader du parti a résumé, ce mercredi 17 juin, les conclusions d’une réunion du bureau politique et du comité central, hier.
 
D’après le patron des Mauves, «il ne faut pas surestimer la portée de ces élections». Il souligne que le MMM a recueilli plus de voix que tous les autres partis composant l’alliance Lepep, avec 31,37%. Le MSM a de son côté obtenu 27,37%, le PMSD 15,81% et le ML 11,03%. «Nous étions seuls contre tous», a fait valoir Paul Bérenger.
 

«Le MMM n’a pas accepté de contribution»

Continuant à énumérer les raisons de la défaite, il a expliqué que le taux d’abstention élevé a joué un rôle très important. Il a aussi rappelé qu’un schéma similaire avait été constaté en 2005, lorsque le MMM et le MSM se sont présentés aux élections municipales ensemble. «Les gens avaient voté pour le gouvernement», a-t-il relaté. De plus, l’alliance gouvernementale avait, selon lui, plus de moyens. «Le MMM n’a accepté aucune contribution», a-t-il avancé.
 
En ce qui concerne l’avenir du parti, Paul Bérenger a confirmé avoir proposé de se retirer, tout comme Rajesh Bhagwan, et de céder la place à une direction collégiale. Une proposition repoussée en bloc par le bureau politique, a précisé le chef des mauves. «Le MMM est plus motivé que jamais et tourné vers l’avenir.»

«Rempart contre les abus»

Pour Paul Bérenger, il faut que le parti continue à «foncer» pour «jouer son rôle de rempart contre les abus et les ‘dominer’». Cela passera, a-t-il affirmé, par un rajeunissement et le renouvellement des instances du parti, mais aussi par l’intégration des candidats dans les structures mauves. «Nous ne nous attendions pas à une telle défaite, mais le parti continue à foncer», a-t-il souligné. 
 
Le leader des mauves a également évoqué le PTr, qui, selon lui, est une relique du passé. D’après lui, «Ramgoolam a enterré le PTr dans ses coffres». Paul Bérenger s’est d’ailleurs félicité que l’ancien chef du gouvernement n’ait pas daigné se rendre aux urnes pour ces élections. 
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires