Collendavelloo: «Bérenger doit ‘step down’ et je vais l’aider à réfléchir sur l’avenir du MMM»

Avec le soutien de
L’alliance Lepep lors d’un point de presse après sa victoire aux municipales, ce mardi 16 juin.

L’alliance Lepep lors d’un point de presse après sa victoire aux municipales, ce mardi 16 juin.

«Nous allons mettre de l’ordre. Nettoyer et surtout, réaliser le programme sur lequel la population nous a élus.» Pravind Jugnauth, leader du MSM, est revenu sur la victoire de l’alliance Lepep aux municipales lundi. Lors d’un point de presse, ce mardi 16 juin, il a aussi concentré ses tirs sur Paul Bérenger. «Le MMM aujourd’hui est au plus bas de son histoire», a-t-il fait valoir en dénonçant la «campagne communale» des mauves durant cette joute électorale.

Tandis que pour le leader du Mouvement Liberater, Ivan Collendavelloo, «le MMM a présenté une campagne à la Travailliste et zot finn pay le pri». Pour lui, le leader du MMM doit «step down» et il se dit même prêt à le conseiller pour réfléchir sur l’avenir du MMM.

Pravind Jugnauth est aussi revenu sur «l’arrangement sous-marin» entre Paul Bérenger et Navin Ramgoolam.  «Les citadins n’ont pas suivi le mot d’ordre de Ramgoolam et même lui n’a pas suivi le mot d’ordre», a-t-il commenté.

«Campagne contre SAJ» 

Le leader du MSM a aussi dénoncé les commentaires de Paul Bérenger contre SAJ et «qui sont d’une bassesse». Selon lui, la population lui a montré qu’elle ne va pas accepter ce genre de langage et le leader des mauves n’a aucune crédibilité. «Bérenger ti pe dir Maurice is in deep trouble mais Bérenger is in mari trouble», a-t-il affirmé.

Sur la question de gestion des municipalités, Pravind Jugnauth affirme que les conseillers doivent faire preuve d’humilité et de sincérité. Ils doivent «regarder l’intérêt du peuple» avant tout. Car « nou pe crir enn  nouveau page de l’histoire politique au niveau des municipalités».

Ivan Collendavelloo a abondé dans le même sens. Il a souligné que «depuis 10 ans, les villes ont été victimes du pouvoir central et local. C’est donc un challenge à rattraper».

«A partir de demain, le travail commence et nous devons tenir nos promesses», a enchaîné Mahmad Khodabaccus, ancien lord-maire de Port-Louis. Il a soutenu qu’il faut désormais travailler ensemble avec le ministère pour que les villes «respirent enfin». Et pour lui, «bann municipalités bizin amenn resulta. Pena drwa faute.» 

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires