Athlétisme, Joël Sévère : « Nous sommes prêts à 90% pour les JIOI »

Avec le soutien de
Joël Sévère dresse un bilan positif du stage effectué en France durant le mois de mai.

Joël Sévère dresse un bilan positif du stage effectué en France durant le mois de mai.

Stages en France, championnats d’Afrique australe seniors : les athlètes qui préparent les 9es Jeux des îles de l’océan Indien, prévus à La Réunion du 1er au 9 août 2015, ont eu l’occasion de s’affûter et de se situer à moins de deux mois maintenant de l’échéance. Joël Sévère, membre de la direction technique de l’Association mauricienne d’athlétisme (AMA), estime que « nous sommes prêts à 90% pour les Jeux des îles ».
 
Quel bilan dressez-vous du stage effectué par les athlètes en France durant le mois de mai ?
C’est un bilan positif dans l’ensemble. Nous avions deux groupes en stage en France. Il y en avait un qui s’entraînait avec moi et un autre qui nous avait accompagnés mais qui ne s’entraînait pas avec moi comme Annabelle Lascar, Mohammad Dookun ou encore Bernadette Ravina.
Bernadette a intégré le groupe et j’ai eu le plaisir de travailler avec elle. Elle a réalisé sa meilleure performance au poids, 12m99. Il faut aussi faire ressortir que tous les athlètes ont progressé. J’attribue cela au climat, aux facilités disponibles et aux compétitions auxquelles il nous a été possible de participer, des compétitions qui se situent à notre niveau. 
C’est important mentalement d’avoir des compétitions à son niveau. Si on a des compétitions d’un niveau supérieur, les athlètes sont frustrés. Si elles sont de niveau inférieur, les athlètes ne peuvent utiliser pleinement leur potentiel. Nous avons pu gérer cette situation. 
 
Où se situent les athlètes mauriciens valeur du jour par rapport à l’objectif que représentent les 9es Jeux des îles de l’océan Indien ?
Nous sommes prêts à 90% pour les Jeux des îles à l’image de Jessika Rosun, Christopher Sophie, Arnaud Bignoux. Nous n’aurons aucun problème dans les quatre lancers : au poids féminin, au marteau hommes, au javelot dames et au poids dames. Nous l’espérons de tout cœur. Il y deux autres possibilités intéressantes, je vais voir par rapport au nombre si on peut mettre trois athlètes. On a la possibilité d’avoir un triplé au poids masculin aussi bien qu’au javelot féminin dans l’océan Indien. 
 
Sur la piste comment se présentent les choses ?
Sur la piste, on a vu certaines améliorations par rapport au 4x400 m féminin. Aurélie Alcindor se situe à 55 secondes sur 400 m, elle est régulière. Elle fera face à la Malgache (Ndlr : Olga Razanama¬lala). Ce que je crains, c’est la force des Malgaches, surtout au niveau féminin, du sprint au demi-fond.
 
Quels sont les enseignements que vous avez tirés des championnats d’Afrique australe seniors qui tenus à Réduit vendredi et samedi ?
Il y avait deux objectifs : se surpasser, car nous avions quand même dans les concours des athlètes de niveau mondial, et profiter de la présence d’athlètes de la région, comme ceux des Seychelles, pour se situer. On a eu la possibilité de voir les forces des Seychellois aussi bien que leurs faiblesses. Par rapport à cela, nous allons monter notre équipe.
 
Quelles sont justement les forces et faiblesses des Seychellois ?
Les forces des Seychelles se situent dans les concours. Les faiblesses se situent, elles, en sprint. Nos meilleurs sprinters masculins ne sont pas présents et j’espère qu’ils réalisent en France ce qu’on attend d’eux actuellement.
 
Quand est-ce que la sélection qui représentera Maurice aux 9es Jeux des îles de l’océan Indien sera finalisée ?
Elle sera finalisée à l’issue des championnats de Maurice seniors Vital, les 4 et 5 juillet. Mais on va réduire la présélection à partir de la semaine prochaine. Par exemple chez les hommes, si on a une cinquantaine d’athlètes, on descendra à moins de quarante.
 
Et chez les filles ?
Chez les filles, nous aurons du mal à compléter le groupe pour atteindre le nombre de trente. Je nous vois mal emmener trente filles à La Réunion. Nous n’allons pas emmener des athlètes qui ne sont pas potentielles médaillées de bronze ou capables de terminer quatrièmes. Ça c’est sûr. 
Mais on va favoriser des jeunes, des cadets et des cadettes qui peuvent prétendre prendre part aux Jeux des îles de 2019 et qui sont performants.
 
A l’instar d’Henna Sunassee ?
Oui, comme Henna Sunassee ou Séverine Moutia. Il y a aussi Julianne Clair qui est cadette et qui réalise 43 mètres au marteau. Ce sont des athlètes susceptibles de faire partie de la sélection.
 
Le nombre final de sélectionnés tournera autour de combien ?
Nous ferons le plein chez les garçons, soit trente, et chez les filles, on tournera autour de vingt-cinq ou vingt-six.  
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires