Rodrigues : un secteur touristique mal géré, estime Johnson Roussety

Avec le soutien de
Johnson Roussety, entouré de ses collaborateurs lors de sa rencontre avec la presse, le mardi 9 juin.

Johnson Roussety, entouré de ses collaborateurs lors de sa rencontre avec la presse, le mardi 9 juin.

Pour le leader du Front patriotique rodriguais, l’industrie du tourisme locale est sur la pente descendante. La principale raison de cette détérioration selon Johnson Roussety: l’amateurisme.

«Les autorités déclarent que le secteur se porte bien. Toutefois la destination Rodrigues est en déclin à cause de l’amateurisme de certains - dans la gestion, le marketing et la promotion de notre île », déclare Jonhson Roussety. Lors de son intervention face à la presse, le 9 juin à Port-Mathurin, le leader du Front patriotique rodriguais (FPR) a également blâmé Richard Payendee, commissaire à l'Environnement.

Johnson Roussety déplore ce qu’il estime être le démantèlement de l’Office du tourisme. «Des professionnels ont été licenciés au profit de personnes qui ne connaissent rien à ce secteur», regrette-t-il. Il déclare que ceux qui participent aux salons touristiques organisés à l’étranger ne sont pas «the right persons». «Se zis enn politik fer zot dimunn voyaze avek larzan lofis du tourism», dit-il.

Pour lui, le «fiasco» de l’Office du tourisme est aussi imputable au manque de professionnalisme et de communication envers les agences touristiques. «Zot pe fer bann promosion ki maladapte, dan bann period kot dimunn deza an vakans la Frans. Se enn erer. Bizin pran kontak avek bann lazans pou ki promosion fer », soutient Johnson Roussety. Il qu’il serait judicieux de faire de la publicité pour Rodrigues sur les grands sites internet pour crédibiliser l’offre et donner plus de visibilité à l’île.

Il rajoute que plusieurs acteurs de l’industrie sont concernés. Notamment, la commission de tutelle - chargée des règlementations et de la promotion, à travers l’Office du tourisme-, les opérateurs touristiques, les hôtels et les gîtes, l’aéroport et les compagnies aériennes, entre autres. En ce qu’il s’agit de l’octroi de permis aux opérateurs touristiques, Johnson Roussety estime que c’est une politique de deux poids deux mesures. «Pe get figir pou donn permi. Ena dimunn pe gagne, ena pa pe gagne», dit-il.

Selon Daniel Spéville, autre intervenant à la conférence du FPR, Rodrigues doit être décrétée non-camping zone. «Bann touris kapav al kanpe me bizin fer ki obligatoirman zot eberze kikpar. Parski souvan zot vinn Rodrig zot nek plant zot latant lor laplaz de troi zour, apre zot ale. Li pa korek parski sa pa aport narnien pou lekonomi», dit-il.

Selon le leader des rouges, Johnson Roussety, le tourisme est un des piliers de l’économie rodriguaise. Il apporte des devises étrangères et crée des opportunités d’emploi. Toutefois, «la gestion touristique est un fiasco et c’est n’est pas cette manière de faire qui fera avancer ce secteur», conclut-il.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires