Boxe : La discipline : une valeur assurée chez les Nagloo

Avec le soutien de
A la retraite, Jean-Claude Nagloo est bien résolu à passer du temps avec sa tribu.

Chez les Nagloo, le sport a toujours fait partie d’une équation incontournable. Une équation à laquelle  se mêlent plusieurs variables : la passion, l’ambition et l’assiduité. Et pour des résultats remarquables, une règle a été toujours appliquée : la discipline. 
 
Avec Jean-Claude, figure de proue de la boxe mauricienne et africaine et sergent au sein de la force policière,  ses fils, Kenny et Ronnie étaient certes attendus au tournant.  « Papa a toujours appliqué la discipline. Il était hors de question de prendre une bière quand il était dans les alentours », se rappelle Kenny Nagloo. Et aujourd’hui à 33 ans, l’ainé des frères Nagloo l’avoue : « Cette discipline a toujours fait partie de notre quotidien et elle nous a fait grand bien. »
 
Liliane et Jean-Claude Nagloo ont élevé leurs enfants au sein du quartier général de la Special Mobile Force à Vacoas. « Ils ont grandi dans ce cadre très particulier et n’ont eu aucun problème à s’y conformer », relate Liliane Nagloo. Jean-Claude Nagloo salue également les efforts de son épouse dans l’éducation de ses fils. « Je partais en déplacement à l’étranger jusqu’à sept fois par an. Et c’est Liliane qui s’occupait des enfants. Elle les a habilement encadré », lâche l’ancien directeur technique national.
 
Même si ce n’est pas sur le ring, Kenny et Ronnie Nagloo ont vécu leur passion sportive grâce au basket. Ils ont commencé sous l’étendard des Flippers et ont par la suite entamé des tournois universitaires. « Notre père nous a toujours laissé libre de faire nos choix », commente Ronnie Nagloo. Ce dernier a d’ailleurs représenté Maurice aux Jeux des îles de l’océan Indien en 2003 dans sa discipline.  
 
Mais pour Jean-Claude Nagloo, les plus belles prouesses réalisées par ses fils ont été faites au niveau académique et professionnel. L’ainé,Kenny, est gestionnaire en comptabilité dans la firme australienne Anderson Harrop. « Il est marié et est père d’un merveilleux petit gars, Jaylen Cais. Il continue à jouer au basket pour le Knights Basketball Club à Melbourne. C’est un homme accompli », lâche-t-il avec grande fierté. 
 
Ronnie, le « John Nash » mauricien
 
Quant à Ronnie Nagloo, il a obtenu son Philosophiae Doctor (Ph.D.) en mathématiques en juillet 2014 à l’Université de Leeds au Royaume-Uni et exerce comme professeur adjoint au Graduate Center de l’Université de New-York.  « C’est un garçon très intelligent », précise Jean-Claude Nagloo en désignant une médaille obtenue par son fils. 
 
Pour Jean-Claude Nagloo, cette médaille est très particulière. « C’est une médaille d’or en mathématiques. Ronnie l’a remporté au terme de ses trois premières années d’études à l’Université de Maurice », lâche-t-il avec un grand sourire. D’ailleurs, en 2006, Jean-Claude Nagloo avait assisté à cette cérémonie de remise de diplôme. « C’est l’un des plus grands moments que j’ai partagé avec mon père », lâche Ronnie Nagloo. Quatre ans plus tard, il a décroché une maîtrise en mathématiques pures avec les distinctions à l’Imperial College à Londres. 
 
Aujourd’hui, Kenny et Ronnie concèdent que s’ils jouissent tous deux d’une bonne situation, c’est grâce aux efforts conjugués de leurs parents. « Notre famille est unie. C’est ça notre force », lâche Ronnie. Kenny se dit bien inspiré pour réussir sa relation avec son fils prénommé Jaylen Cais Nagloo. Comme Jean-Claude Nagloo avec lui et son frère, il transmettra à son fils ses valeurs et principes mais surtout sa passion sportive sous le regard avisé du grand-père paternel. A la retraite, Jean-Claude Nagloo est bien résolu à passer du temps avec sa tribu. 
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires