Municipales: ces Rouges qui se présentent sous d’autres bannières

Avec le soutien de
Le Parti travailliste ne participera pas aux élections municipales prévues pour le 14 juin.

Le Parti travailliste ne participera pas aux élections municipales prévues le 14 juin.

Ambition professionnelle ou conscience professionnelle? C’est sans doute l’un ou l’autre qui a poussé ces membres du Parti travailliste (PTr) à faire fi de la décision du parti en se présentant aux municipales. Ils ont décidé de tenter leur chance sous d’autres bannières, pour leurs «mandants», disent-ils.

À l’instar de l’ancien rouge Noorani Aurdally, pour qui le changement était nécessaire. Aligné au ward 2 à Port-Louis, ce travailleur social et ancien président du conseil de village de Pailles, a tourné casaque à quelques semaines du Nomination Day en rejoignant le Mouvement militant mauricien (MMM). Pourtant, il était proche des Rouges depuis toujours.

«Le MMM n’a jamais été inquiété par des affaires de corruption»

Son choix, se défend-il, se base sur une question de principe car le MMM est un parti qui partage les mêmes principes. «Le MMM a toujours eu une assise dans les villes. Je suis un travailleur social et le MMM a été une suite logique de ma carrière. Ils n’ont jamais été inquiétés par des affaires de corruption», poursuit le candidat mauve.

L’avoué Said Bachoo, ancien bras droit d’Ashock Jugnauth, se retrouve lui aussi sous la bannière mauve. Il a rejoint l’alliance PTr- MMM pour les législatives à la dissolution de l’Union nationale. Il se retrouve aujourd’hui candidat au ward 5, à Port-Louis.

Parvez Nurwoollah, ancien membre du PTr, a, pour sa part, atterri chez l’alliance Lepep, après un bref passage au MMM. Il est candidat au ward 5, à Port-Louis. En décembre 2012, l’ancien conseiller avait brigué les suffrages avec le Remake 2000 au ward 5, où il a été battu.

D’autres préfèrent se présenter comme indépendants

Audie Travailleur, ancien candidat et adjoint au maire sous le règne des travaillistes, se présente, lui, en tant qu’indépendant au ward 8, à Port-Louis. «J’étais le dernier candidat à m’inscrire. C’est sur l’insistance de mes mandants que je l’ai fait. Les habitants veulent un conseiller de proximité pour les défendre. Quand j’étais conseiller travailliste de 2006 à 2012, j’ai pu faire avancer la capitale», raconte ce natif de la région qui veut jouer à l’arbitre entre l’alliance Lepep et le MMM.

Comme Audie Travailleur, Menon Yetty, ancien maire et membre du PTr, se présente comme candidat indépendant au ward 1, à Vacoas-Phoenix, même s’il fait toujours partie du PTr. «On ne peut rester insensible à l’appel des citadins qui se retrouvent entre deux choix, lance le candidat qui aspire à des débats d’idées qu’à des coups bas pour ces élections. Je me présente en indépendant pour les défendre et aussi pour faire du social.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires