Comment l’astrologue de Ramgoolam a bénéficié des terres de l’Etat…

Avec le soutien de
Sonu Kumar Jha était aux Casernes centrales lundi pour s’expliquer sur l’obtention d’un terrain à bail.

Sonu Kumar Jha était aux Casernes centrales lundi pour s’expliquer sur l’obtention d’un terrain à bail.

L’Acharya Sonu Kumar Jha a-t-il suivi les procédures lorsqu’il a fait sa demande pour l’obtention d’une parcelle de terres de l’État à La Vigie ? Ou a-t-il été favorisé en raison de sa proximité avec Navin Ramgoolam ? Après avoir procédé à l’arrestation de l’ex-Premier ministre mercredi, le Central Criminal Investigation Department (CCID) entend bien avoir des éléments de réponse avant de ficeler son dossier à charge. 
 
De nombreux détails troublants émaillent cette affaire. Le premier concerne la demande de location-bail du religieux, qui se trouve aussi être l’astrologue du leader du Parti travailliste et de certains ministres rouges. Aucun tampon ne figure sur la lettre qu’il a transmise au ministère du Logement et des terres. Et encore moins la signature d’un préposé du Registry, comme le veut la procédure. L’équipe de l’assistant commissaire de police (ACP) Heman Jangi soupçonne fortement que ce document a été daté de manière rétroactive. 
 
L’acharya y indique qu’il est de nationalité indienne et qu’il convoite un terrain de 1,5 à 2 perches dans la région de La Vigie. Plus précisé- ment au lieu-dit Diore et Caqueray, non loin du rondpoint menant à Curepipe, à hauteur du SBM Park. Âgé de 28 ans, l’acharya souligne dans cette lettre qu’il a été formé à la prêtrise pendant 14 ans. Et qu’il possède une vaste expérience dans la méditation ainsi que la pratique du yoga. D’ajouter qu’il est souvent venu à Maurice pour dire des prières pour le bien- être de la population. 
 
Sonu Kumar Jha évoque ainsi son projet de construire un centre de méditation; il dit avoir remarqué que les Mauriciens stressés ou menant une vie sédentaire montrent un intérêt pour la méditation et le yoga. Il explique son choix pour un terrain à La Vigie car cette région se trouve au centre du pays, qu’elle n’a pas une forte densité de population et qu’elle est située dans un environnement boisé. 
 
Le bureau du Premier ministre décide d’octroyer la nationalité à l’acharya le 16 septembre 2014 et le Conseil des ministres se penche sur sa demande 13 jours plus tard. Pourtant, le 11 septembre 2014, ce sujet était au menu des discussions au Conseil des ministres et il était question que le terrain soit alloué à une association. 

Il a été «découvert» par un ancien Senior Minister

Dans la même veine, le terrain que l’acharya désigne sur un plan attaché à sa lettre est immédiatement repris au département des Bois et Forêts du ministère de l’Agro-industrie par le ministère du Logement et des terres le 1er octobre 2014. Le 22 octobre, la letter of intent est transmise à Sonu Kumar Jha en son nom personnel. Un technicien du ministère du Logement et des terres soulignera alors que le Conseil des ministres avait donné son aval pour que ce terrain soit alloué à une association dûment enregistrée. Et non à Sonu Kumar Jha en son nom propre. 
 
Le même jour, le terrain est alloué à l’acharya pour une durée de 20 ans. Une équipe de Land Surveyors est envoyée sur le terrain pour les mesures sans que celle du Planning en soit avertie. La décision est prise de louer le terrain au religieux à Rs 150 par an jusqu’au 30 juin 2024 . 
 
La location doit ensuite passer à Rs 225 par an à partir du 1er juillet 2024. Ce, jusqu’au 30 juin 2034. Le contrat est remis à Sonu Kumar Jah en main propre le 22 octobre 2014. Ce qui ne figure pas dans le dossier officiel au ministère du Logement et des terres, c’est que c’est un ancien Senior Advisor de Navin Ramgoolam au bureau du Premier ministre qui a aidé le religieux à faire ses démarches. 
 
L’acharya est alors bien introduit au sein de l’establishment travailliste et logeait chez deux anciens ministres lors de ses visites à Maurice. Il a été «découvert» par un ancien Senior Minister lors d’une de ses visites en Inde, mais c’est un ancien proche de Navin Ramgoolam, anciennement rattaché à la Mauritius Duty Free Paradise, qui l’a invité à séjourner au pays.
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires