Réussissez vos photos sans flash

Avec le soutien de

Le flash peut ruiner l’ambiance d’une photo. Avec les récents progrès des appareils, on peut souvent se passer de lumière additionnelle. Le tout est de savoir comment faire.

Si le flash est bien utile, il peut aussi tout gâcher. Sur la photo, les gens ferment les yeux, les autres ont les yeux rouges et la couleur blanche pollue l’atmosphère. Toute l’esthétique du cliché tombe à l’eau. La lumière naturelle est quand même mieux que le flash. Avec quelques réglages de l’appareil, une meilleure photo peut être prise. Comment faire ?

■ Les limites

Il est important avant toute chose de savoir ce que votre appareil est capable de réaliser. Pour prendre une photo, il faut de la lumière. Et s’il y en a peu, votre appareil est-il  capable de la percevoir ? Et même si votre appareil est performant, il faut être conscient que quand la lumière est rare, les contrastes s’estompent et les compositions sont plus difficiles à réaliser. Sachez que vous ne pourrez jamais réaliser des photos comme en plein jour, riches en couleurs.

Pour éviter l’utilisation du flash et avoir une belle photo de famille par exemple, vous pouvez déplacer les personnes vers une fenêtre ou carrément à l’extérieur. Un bon photographe est celui qui sait choisir un bon cadre et une bonne lumière pour réaliser une bonne image. Vous pouvez créer des images imparfaites techniquement mais qui ont un attrait visuel.

■ Les fondamentaux

Afin de réaliser des photos sans flash, il faut comprendre comment la lumière s’enregistre et sur quels paramètres vous pouvez influer. Commençons par la sensibilité. Exprimée en ISO, c’est une échelle régulière similaire entre les pellicules et les capteurs d’image.

Dans les basses sensibilités, c’est-à-dire en dessous de 800 ISO, les médiums ont besoin de beaucoup de lumière mais offrent des images très détaillées. Au-delà de 800 ISO, les médiums ont besoin de moins de lumière pour imprimer les images mais celles-ci sont moins riches en détail.

L’ouverture symbolise la quantité de lumière qui rentre dans une optique. Exprimée dans une drôle d’unité notée «f/» suivi d’un chiffre, elle est peu intuitive. Habituez-vous à manipuler les valeurs.

Finalement vient le temps d’exposition. Il s’agit de la durée où le médium sera soumis à la lumière afin d’enregistrer les informations. Une exposition d’une seconde capture deux fois plus de lumière qu’une au 1/2s, une exposition de 1/2 seconde capture deux fois plus de lumière qu’une exposition au 1/4 de seconde, etc.

■ Les défis

Quand l’intensité de lumière n’est pas suffisante pour exposer correctement une scène, le flash peut se déclencher automatiquement. Quellessont vos options dans ce cas précis ?

Si vous conservez la même scène avec le même niveau de luminosité, sous-exposez votre image, le plus facile étant de jouer avec le bouton +/- présent sur l’immense majorité des compacts.

Une autre alternative est de mettre l’appareil sur un support (table, trépied etc.) et demander à tout le monde de prendre la pose.

Pour faire de bonnes photos avec une faible luminosité, il faudra parfois investir dans le matériel. Mais quand la lumière se fait rare, les appareils plus modernes font la différence. Avec un trépied, même un appareil compact peut donner de bons résultats s’il est bien réglé – pose longue de plusieurs secondes et ISO au minimum.

■ Smartphone

Les iPhone sont assez bons pour maintenir des couleurs convenables en basses lumières mais ils offrent surtout un très bon autofocus. La stabilisation optique des Nokia fait bien son boulot et les couleurs sont encore mieux gérées que par les iPhone. Les derniers Xperia de Sony offrent de bonnes prestations en basses lumières de manière générale, grâce à leur capteur Exmor RS conçu par Sony.

■ Les optiques

Gardez présent à l’esprit que les grands angles voient large et récupèrent plus de lumière que les téléobjectifs. En second lieu, les focales fixes sont généralement plus lumineuses que les zooms. Pour des photos de sujets mobiles en intérieurs sombres, songez que la mise au point manuelle a encore du sens, les systèmes de mise au point automatique n’étant généralement  pas assez performants  quand la lumière se fait rare. Faites confiance à vos yeux !

■ Photo d’action

La photo d’action sans flash est un exercice qui impose des contraintes. Pour éviter le flou de bougé, on se règle plutôt en mode S (Speed) et on se cale au moins au 1/30e de seconde voire au 1/60e. Si votre appareil  le permet, choisissez un mode ISO auto, sans toutefois trop dépasser la valeur maximale de qualité optimale. Pour la déterminer, déclenchez à toutes les valeurs – 800, 1600, 3200 et au-delà – et évaluez la valeur maximale pour laquelle vous considérez que l’image est acceptable.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires