Agro-industrie: 100 arpents à Riche-Terre pour une ferme bio

Avec le soutien de
C’est aux alentours de Riche-Terre et de Jin Fei (vue aérienne ci-contre) que la ferme sera créée.

C’est aux alentours de Riche-Terre et de Jin Fei (vue aérienne ci-contre) que la ferme sera créée.

La première ferme bio devrait bientôt voir le jour dans les environs de Jin Fei, dans le Nord. L’État devrait allouer une centaine d’arpents de terres agricoles à des planteurs. Il est convenu  que ces derniers n’utilisent que des méthodes naturelles pour la culture de la canne à sucre mais aussi la culture des légumes.

 
 
C’est l’ancien ministre Jagdish Govardhan qui chapeaute ce nouveau projet.
 

Jagdish Govardhan (anciennement connu sous le nom de Goburdhun), le président de la Mauritius Planters Association Co-operative Society Ltd (MPA), chapeaute ce nouveau projet. Il travaille en collaboration avec trois ministères: l’Agro-industrie, les Finances et les Coopératives.

Selon Jagdish Govardhan, les planteurs qui participeront à ce projet devraient suivre une formation appropriée. «Une partie de ces planteurs ont déjà été formés. Et ce, selon le zero budget farming, une méthode naturelle de fertiliser la terre développée par le scientifique indien Subhash Palekar», dit-il.

«Il ne suffit que d’une vache»

Pour utiliser cette méthode, Jagdish Govardhan explique qu’il ne suffit que d’une vache. «Ce sont les excréments et l’urine de la vache, mélangés à d’autres produits naturels qui occasionneront un puissant fertilisant naturel », souligne le président de la MPA. Les planteurs qui s’essaieront au Bio Farming sont appelés à suivre cette méthode. Au ministère de l’Agro-industrie, l’on avance que le dossier est under process.

Parmi les planteurs qui devraient bénéficier des 100 arpents de terres sont les 200 anciens planteurs de Jin Fei. «Cette ferme bio représente une opportunité pour eux. Plusieurs idées innovatrices ont émergé, notamment faire du jus de canne à sucre», poursuit Jagdish Govardhan. Si le projet s’annonce viable, il n’est pas à écarter que l’État fasse venir des travailleurs étrangers pour faire du Bio Farming.

Selon nos recoupements, les trois ministères concernés considèrent ce projet comme une priorité. Le ministère des Finances a prévu des mesures budgétaires pour lancer le Bio Farming à Maurice. La culture bio devrait être, selon Vishnu Lutchmeenaraidoo, un des secteurs prioritaires sous le scheme des petites et moyennes entreprises. L’objectif final est de pouvoir produire au moins 50 % de la production alimentaire locale.

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période de confinement, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x