Le leader de l’opposition s’installe à l’Hôtel du gouvernement

Avec le soutien de
Après plusieurs années, Paul Bérenger a eu un bureau à l’Hôtel du gouvernement, mercredi 13 mai. © YUDISH RAMKHELAWON –

Après plusieurs années, Paul Bérenger a eu un bureau à l’Hôtel du gouvernement, mercredi 13 mai. © YUDISH RAMKHELAWON

Pas de plaque sur la porte, blanche et anonyme. Une pièce concomitante, pour une secrétaire fantôme, plongée dans le noir, les volets encore fermés, avec pour seul meuble un bureau vide. Lorsqu’on entre dans les nouveaux quartiers du leader de l’opposition, à l’Hôtel du gouvernement, c’est la déception ! Pas de pendaison de crémaillère, de ruban rouge (ou plutôt mauve) à couper ! C’est pourtant un grand jour.

Après des années de lutte, il a enfin un bureau attitré, dans lequel Paul Bérenger s’est installé hier. «Installé» est exagéré. L’endroit est encore froid et impersonnel. «C’est davantage un pied-à-terre», nous confie le leader de l’opposition.

Un pied-à-terre qui lui servira principalement lorsque le Parlement se réunit. «Mais c’est ironique, car aujourd’hui (NdlR : mercredi 13 mais) c’est le dernier jour de la séance parlementaire, et c’est le jour où je m’installe !» En période de vacances, il pourra toujours recevoir des diplomates.

 

Ancien Cabinet Room sous sir Seewoosagur Ramgoolam

Le lieu est cependant chargé d’histoire. En grimpant les marches de l’ancien bâtiment de l’Hôtel du gouvernement, fraîchement rénové, on nourrit de grands espoirs : une vue imprenable sur la place d’Armes, droit dans l’axe  des statues de sir Seewoosagur Ramgoolam, Mahé de Labourdonnais, Queen Victoria… la place est décidément de choix.

Et, en effet, le bureau du leader de l’opposition était le Cabinet Room sous SSR, et encore après. On ne sait si Ramgoolam fils, qui n’a jamais voulu donner un bureau au leader de l’opposition au sein de l’Hôtel du gouvernement du temps où il était Premier ministre, goûte à l’ironie de la chose...

Même pas un ordinateur

«Il y a environ sept ans, le gouvernement avait mis à ma disposition un bureau à une ou deux rues d’ici. Mais c’était ridicule,  je n’ai jamais accepté», se rappelle Paul Bérenger. On aurait pensé que le leader du Mouvement militant mauricien se serait approprié ces lieux historiques. Mais pour les coupures de presse, les livres, les photos des petits enfants, il faudra repasser.

Le bureau n'est  même pas doté d'un ordinateur. Pas encore du moins. «Ils vont mettre un ordinateur mais je ne vais pas m’en servir, je déteste me servir d’un ordinateur si je n’ai pas mon gros printer à côté de moi. Quand je trouve quelque chose d’intéressant, ça m’énerve que ça disparaisse, alors j’imprime

 

Une décoration très «fonctionnaire»

Pas de coffre non plus. «Surtout pas de coffre !» Son vrai bureau est chez lui, à  son domicile. Il n’a d’ailleurs pas contribué à la décoration du lieu, très «fonctionnaire, fonctionnaire», avec «des tableaux naïfs», dont il «ne connaît même pas les auteurs». Difficile, ils ne sont pas signés !

«Et ça, ce n’est pas une merveille ça ?», s’amuse-t-il, montrant un portemanteau sur pied en bois. Avec de petits tiroirs. On lui a expliqué pour quel usage : «pour les boutons de manchette, me semble-t-il». Pas pour les décorations de la Légion d’honneur, ça c’est sûr !

Ce portemanteau a suscité l’amusement du leader du MMM.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires