En vacances à Maurice: un Sud-Africain se fait facturer Rs 130 000 par son opérateur

Avec le soutien de
Kyle White en compagnie de son épouse durant leur séjour à Maurice.

Kyle White en compagnie de son épouse durant leur séjour à Maurice.

Il n’aurait pas pu recevoir une note plus salée. Le Sud-Africain Kyle White ne comprend pas comment il a pu être facturé de 46 000 rands (plus de Rs 130 000) pour s’être branché sur le réseau de l’opérateur de téléphonie mobile Vodacom alors qu’il se trouvait à Maurice pour les vacances, en novembre de l’année dernière. 
 
White a brièvement activé l’application «itinérance de données» sur son portable à son arrivée à Maurice pour voir s’il n’avait pas reçu de messages ou d’appels relatifs à son travail en Afrique du Sud. Il a toutefois conclu que le service ne marchait pas, n’ayant rien reçu.

Ligne coupée

Sa surprise fut grande en découvrant que son geste lui a coûté très cher. Après avoir refusé de payer cette somme, sa ligne a été coupée. Or, il a expliqué en avoir besoin pour son travail. L’opérateur a finalement accepté de réduire la facture à 14 000 rands (Rs 41 000) et à lui donner un délai d’un mois pour tout régler.
 
Ce n’était toutefois pas suffisant pour apaiser la colère de ce client. Kyle White a créé une page Facebook intitulée «Vodacom does not care», et a payé le réseau social pour s’assurer qu’elle serait largement diffusée. 
 
Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x