[Audio] Arvin Boolell: «Je me retire comme porte-parole du PTr»

Avec le soutien de
Arvin Boolell a révélé qu’il ignorait que Navin Ramgoolam allait débarquer à la réunion du comité exécutif ce mardi 12 mai.

Arvin Boolell a révélé qu’il ignorait que Navin Ramgoolam allait débarquer à la réunion du comité exécutif le mardi 12 mai.

Navin Ramgoolam a encore une fois volé la vedette à Arvin Boolell ce mardi 12 mai. Le leader en congé du Parti travailliste (PTr) s’est invité à une réunion du comité exécutif où la liste des candidats aux élections municipales devait être finalisée. Des «bouncers» ayant joué les trouble-fête avant son arrivée, le porte-parole a préféré prendre la porte de sortie.

Il s’est ensuite adressé aux gros bras : «Bien fer tapaz? Korek? Korek? Met sa bien dans zot latet, nanyé pa fer mwa per», leur a-t-il lancé. «Zamé monn trouv travayis fer taper vini pou fer enn réunion», a-t-il lâché aux journalistes qui voulaient connaître son état d’esprit sur ces incidents.

Quelques heures plus tard, après les déclarations de Navin Ramgoolam à l’issue de la réunion qu’il a présidée après son départ, Arvin Boolell a confié à l’express qu’il a rendu son tablier de porte-parole du PTr, estimant qu’il n’a pas suffisamment de latitude pour mener à bien son travail.

Arvin Boolell révèle également qu’il ignorait que Navin Ramgoolam allait débarquer à cette réunion. Il dit avoir obtenu des bribes d’informations mais qu’il n’y avait pas prêté foi. Avec les incidents de mardi, il est clair, pour lui, «que tout avait été prémédité». Il déplore que Navin Ramgoolam ait décidé de revoir la liste des candidats aux municipales alors que c’est lui qui avait eu la responsabilité de la préparer.

Aux dires d’Arvin Boolell, les fauteurs de troubles sont «des personnes indésirables qui ont utilisé le parti pour satisfaire leurs intérêts personnels». Il fait ressortir que ces derniers «sont venus déranger les membres de l’exécutif verbalement et de manière agressive». Il estime ainsi qu’il ne peut continuer à «être porte-parole pour une durée indéterminée». Selon lui, «lafason pé azir koumadir éna enn hijack du parti».

Arvin Boolell dit avoir demandé, mardi, au trésorier des rouges, Max Moutia, d’écrire une lettre à Navin Ramgoolam pour qu’il révèle où les finances du parti ont été placées. Cet argent aurait dû être utilisé pour la campagne des municipales.

Arvin Boolell n’envisage pas de quitter le PTr. Il évoque cependant la «possibilité» d’accepter la proposition de l’Union africaine d’être son représentant spécial à Bujumbura, pour les pays de la région des Grands-Lacs.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires