Sabriyah Jamalkhan soutient les jeunes deejays

Avec le soutien de

La jeune femme est une passionnée du deejaying. Connue sous le pseudonyme de «She Devil», elle est l’une des rares djettes de l’île. Elle est également à la tête de Technokratz compagnie de deejaying depuis plus de 10 ans. La situation des deejays locaux l’interpelle. Plus particulièrement celle des jeunes deejays qui après avoir participé à des concours de deejaying se retrouvent dans l’impossibilité d’évoluer et de se faire connaître. 
 
«Ces jeunes ont du talent mais n’arrivent pas à trouver des boîtes de nuit pour se produire. Or c’est en jouant dans des discothèques que le deejay se fait connaître. Il y a une grande différence entre jouer dans des soirées privées telles que les anniversaires et les discothèques». Sabriyah Jamalkhan reconnaît cependant que «ce n’est pas évident de trouver sa place dans le monde du deejaying. Dans la plupart des boîtes de nuit, il y a déjà des resident deejays.» Souhaitant toutefois changer la donne, elle a décidé de réunir ces jeunes deejays et leur donner la chance de se produire dans les discothèques. 
 
«Avec Technokratz, nous avons formé plusieurs deejays qui aujourd’hui peuvent manager des soirées. Technokratz était en sommeil pendant 4 ans, le temps pour moi d’être maman à temps plein. Je tiens à souligner que ces jeunes deejays ne font pas partie de Technokratz, mais grâce à mes contacts, je peux les aider à se faire connaître», avance Sabriyah Jamalkhan.
 
Son idée, elle l’a soumise à de nombreux propriétaires de discothèques à travers l’île. Je suis heureuse de dire que beaucoup ont accepté ma proposition. D’ailleurs la première soirée dans ce sens se tiendra le 22 mai au Queen’s Club et s’intitulera « Deejays of the Academy ». Ces soirées seront organisées par la boîte de nuit en collaboration avec Technokratz. Le but n’est pas seulement de faire les jeunes deejays jouer mais également d’assurer la relève en leur apportant l’expérience dont ils ont besoin afin que plus tard ils puissent à leur tour devenir des resident deejays. Sabriyah Jamalkhan voit également plus loin et espère un jour pouvoir exporter nos talents locaux.
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires